La Semaine centrafricaine de Toulouse vient d’être lancée ce mardi 26 avril 2011, au Quai de la Daurade à Toulouse en France. Elle mettra un terme aux activités du centenaire « Barthélémy Boganda » de Toulouse, entamées depuis le 10 avril 2010. Il s’agit de festivités riches en couleurs, sous un ciel brumeux, au cœur de la ville rose de Toulouse.

Le ton a été donné par les artistes centrafricano-sénégalais Pili-pili Magalé, Lawali, Mamy Wata, et l’éclatante Milkshakes karamel. Des « émotions » au rendez-vous selon les organisateurs, « avec des chansons composées en l’honneur de Barthélemy Boganda par le sénégalais Lawali et une jeune étoile centrafricaine de 10 ans ».

Cette dernière née, encore appelée étoile montante de la musique centrafricaine « refera surface sur scène» samedi 30 avril, à la cérémonie de clôture de la semaine, précisent ces organisateurs.

La ville de Mbaïki a reçu le 10 avril 2011, la caravane commémorant la journée internationale de la francophonie. A cette occasion un lycéen de Mbaïki a reçu le troisième prix du concours organisé par l’association des professeurs de français de Centrafrique. Le lycée de la ville a également bénéficié d’un certain nombre d’ouvrages du programme scolaire d’enseignement en Centrafrique.

L’ambassade de France à Bangui, qui a organisé la manifestation avec la collaboration de l’Alliance Française s’est félicitée de la participation de cet élève du lycée de Mbaïki au concours et l’attribution du 3e prix. Des ouvrages de l’Odyssée de Mongou, roman au programme dans les lycées du pays et beaucoup d’autres ouvrages de bibliothèque et des mini dictionnaires ont également été remis au lycée de Mbaïki.

Les autorités académiques de la ville n’ont pas caché leur satisfaction. Selon Jules Blaise Feimond, proviseur de l’établissement «  cette offre vient à point nommé pour soutenir la bibliothèque du lycée de la ville qui souffre déjà d’une carence en livres et qui ne dispose  pas d’ouvrages adaptés au nouveau programme d’enseignement en Centrafrique ».

Un lot de 300 livres sera aussi offert à 5 autres bibliothèques participant au développement d’espaces culturels francophones dans le pays. Il s’agit de Bocaranga, Bambari, Bangassou, Bouar et Berberati.

Benam Wann RHEIMA le 3e lauréat de ce concours organisé au niveau national et originaire de la ville de Mbaïki a écrit un poème sur le thème de l’amour.

L’Artiste musicien centrafricain BIBI TANGA et son groupe les Sélénites donnent un concert mercredi 6 avril 2011, à partir de 19 h 30 à L’Alliance Française de Bangui.

Ce concert s’inscrit dans le cadre de la tournée sous régionale du groupe sponsorisé par  l’Alliance Française de Bangui.

Interrogé par Radio Ndeke Luka, Tanga affirme que son groupe « attache une sonorité particulière à la langue nationale le  Sango, même si plusieurs de ses chansons sont aussi en anglais et français ».

Bibi Tanga fait de la World Music. Avec son groupe l’artiste vient d’achever une tournée européenne et Bangui est la première étape africaine de cette tournée. Bibi Tanga est un artiste professionnel centrafricain qui évolue en Europe.

Rosny  ZOYO SO NZAPA  est l’heureux lauréat de la 11ème édition du concours de la chanson Francophone dont la finale s’est déroulée le 26 Mars dernier à l’Alliance Française de Bangui. Ce jeune talent est élève en classe de 1ère B au Lycée de Fatima. Il est âgé de 17ans. Il participait pour la 2ème fois à ce concours.

Il avait déjà été primé lors de la  dernière édition en recevant le prix de l’artiste-espoir, ce qui lui avait permis d’être soutenu par le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) dans la production d’un titre intitulé « Hommage aux enfants ».

 La 2ème place du concours est revenue à Mlle Priscille Rose ABAMACO et la 3ème à Mlle Winnie MASSANGA. Cette dernière est d’ailleurs une habituée de cette manifestation. Elle s’était classée à cette même place l’année dernière.

Le Concours de la chanson francophone est organisé chaque année par l’Alliance Française de Bangui. Cette année Radio Ndeke Luka était partenaire de la manifestation.

La délégation d’artistes centrafricains qui devait représenter le pays au 3ième Festival Mondial des Arts Nègres a perdu tout espoir de participer à ce grand rendez-vous africain et mondial de la Culture. La minifestation démarre dans la capitale sénégalaise le vendredi 10 décembre et le jour même de son ouverture officielle, artistes et officiels sont encore à Bangui. Aux dernières nouvelles, leur voyage est annulé, l’Etat n’étant pas en mesure d’assurer le voyage en terre sénégalaise.

 Pourtant, le directeur général de la Culture et du Patrimoine (un département du ministère centrafricain de la Culrure), Monsieur Alfred Lambert Bonezoui, interrogé par Radio Ndeke Luka, avait annoncé la participation d’une délégation de 60 artistes sélectionnés dans les diiférents domaines artistiques. Il précisait que promesse avait été faite que la réunion du Conseil des Ministres qui devait se tenir le 9 décembre avait inscrit à son ordre du jour, le décaissement du financement devant permettre l’achat des billets d’avion. Même si la délégation devait arrivait en retard à Dakar, après la cérémonie d’ouverture, elle était assurée de participer aux autres mainfestations prévues au programme.

 Il faut constater à présent qu’aucun décaissement n’a finalement été autorisé et qu’en conséquence la RCA sera absente de ce grand rendez-vous culturel. Le thème de ce 3ième Festival porte sur la renaissance culturelle africaine. Des milliers de festivaliers représentant tous les pays africains et la diapora africaine. Le Brésil est d’ailleurs l’invité d’honneur du Festival.

Un nouvel espace d’expression culturelle s’offre à la jeunesse banguissoise. Il s’agit du Festival Bangui Hip Hop dont la 1ère édition débute le 23 novembre 2010 pour s’achever le 1er décembre 2010. Le projet a été présenté le 20 novembre à la presse par les organisateurs à Bangui.

Cette grande manifestation culturelle est une initiative de l’Association des Jeunes Leaders pour le Développement. Elle est placée dans le contexte de la célébration du cinquantenaire d’indépendance de la République Centrafricaine. Il intervient aussi comme un relais au Festival Süma Hip Hop, dont l’Alliance Française de Bangui a suspendu la production.

Selon Crépin Cédric AZOUKA, Président de l’Organisation des Jeunes Leaders pour le Développement, ce projet a vu le jour dans le but de créer une synergie entre les jeunes centrafricains en faveur de la paix et du développement.

Les manifestations vont se dérouler dans tous les 8 Arrondissements de Bangui, à travers des concours de Rap. La Finale est prévue pour le 1er Décembre au Complexe Sportif Barthélémy Boganda.

Les jeunes et adultes de Mobaye (est de Centrafrique), bénéficieront bientôt d’un centre culturel équipé de salle de lecture et loisirs connecté à internet.

Les travaux de construction dudit centre se poursuivent. Selon Guy Blaise Bambou, responsable de ce projet, interrogé par Radio Ndeke Luka, l’objectif est de valoriser les potentialités culturelles de la région et promouvoir la lecture.

Il ajoute que le centre de loisirs mettra un accent sur les contes et danses traditionnelles de Mobaye pour la génération surtout montante.

Une centaine des jeunes du huitième Arrondissement de Bangui se met à l’école du civisme et de la citoyenneté.

Ils  participent depuis le dimanche 5 septembre 2010, à un Festival dénommé « Vacance utile », organisé dans l’enceinte de l’Espace Linga Tèrè à Bangui.

D’après Judicaël BOKALE, Président du Comité d’Organisation de ce Festival, interrogé par Radio Ndeke Luka, il s’agit pour ces jeunes de présenter des activités socioculturelles qui mettent en exergue les notions de citoyenneté et du civisme.

Les manifestations vont s’achever le 08 septembre 2010.

La Fête de la musique timidement célébrée à Bangui« Nous sommes désolés de ne pas bien organiser la fête de la musique de cette année faute de moyens financiers, mais nous nous efforçons à la célébrer ».

C’est ce que déclare ce lundi 21 juin 2010, sur Radio Ndeke Luka, José Ngoïta, président de l’Union des Musiciens de Centrafrique, à l’occasion de la journée internationale de la musique édition 2010.

Selon Ngoïta, les autorités concernées n’ont pas accordé une place importante à cette journée.

Plusieurs manifestations sont organisées sont prévues à travers la ville de Bangui, notamment des concerts à l’Alliance Française de Bangui.

L’objectif de la manifestation est de promouvoir la musique dans son ensemble et valoriser la musique traditionnelle.