ActualitésSciences et techniques

Le secteur du coton centrafricain à l’heure de la prospérité

La filière du coton centrafricain est désormais soumise à des techniques améliorées. L’Agence Chinoise de Développement et d’Investissement SDCI Cellule Coton RCA, a signé ce mardi 07 août une convention de partenariat avec l’Université de Bangui et l’Institut Centrafricain de Recherche Agronomique (ICRA) dans le domaine de la Recherche. La cérémonie s’est déroulée au restaurant Kanakou à Bangui.

Cette convention qui rentre dans le cadre du partenariat sino-centrafricaine a pour but de définir un cadre de travail entre l’université de Bangui et la cellule coton dans la perspective des activités du développement durable de la RCA.

Le Doyen de la faculté des sciences Pr. Sissa Magale, explique que cette convention  permettra aux cotonculteurs centrafricains de valoriser certaines compétences locales, « quand on dit société industrielle c’est bien sur la science. Dans le pays, il y a des cadres capables de faire le travail pour lequel on fait venir à cout des millions des compétences de l’extérieur. Ce partenariat est comme un acte de mariage, même si on s’aime beaucoup il faut qu’on signe un acte, c’est pourquoi on a signé aujourd’hui ».

Pour l’Ordonnateur Principal de SDIC cellule coton RCA, Hamidou Ibrahim,  cette collaboration ne va pas se limiter qu’à la production cotonnière, mais elle s’élargira dans d’autres domaines, notamment la culture vivrière, « si vous rentrez dans la zone cotonnière vous vous rendrez compte que la tradition de culture de coton veut que le coton passe avant  les cultures vivrières. »

Toutefois, il convient de signaler que cette convention de partenariat Chine-Centrafrique dans la filière coton et l’Université de Bangui est une première dans l’histoire de notre pays.

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse
Affaires Étrangères