ActualitésSécurité

Conflit intercommunautaire à Boda : des autorités préfectorales reçues par Catherine Samba-Panza

La présidente de transition Catherine Samba-Panza a reçu lundi à Bangui plusieurs autorités de la préfecture de La Lobaye (située dans le sud-ouest du pays), venus lui parler de leurs efforts visant à ramener la paix à Boda, une ville déchirée par des conflits intercommunautaires.

Composée d’autorités politico-administratives, de responsables ecclésiastiques et de représentants de la société civile, la délégation a échangé avec la présidente sur les voies et moyens de mettre un terme à cette crise qui perdure, faisant des morts, selon le préfet de la Lobaye, Alexandre Kouroupe Awo.

Les échanges se sont déroulés en présence de conseillers à la présidence et d’officiers de la force africaine et de l’opération française Sangaris.

Le conflit entre musulmans et non-musulmans de Boda dure depuis près d’une année, comme l’a rappelé l’Evêque du diocèse de Mbaïki, Monseigneur Guerrino Perrin, qui faisait partie de la délégation. « Depuis bientôt huit mois, nous menons des démarches pour arrêter le calvaire qu’endure la population. Ce sont des conflits entre les communautés musulmane et non musulmane à cause des peurs de chaque côté », a indiqué le prélat. « Maintenant, la société s’est envenimée, la situation sécuritaire dégradée à tel point que les différents acteurs des violences ne peuvent et ne veulent plus se voir. Donc, il faut enlever tous ceux qui sont à l’origine de ces crimes car un criminel, devant la justice, n’a rien à voir avec être chrétien ou être musulman », a poursuivi l'Evêque.

« Dans l’immédiat, nous aurons une réunion pour prendre des décisions pouvant nous aider à déclencher un processus qui puisse sortir la population de cette crise », a-t-il ajouté.

La présidente Catherine Samba-Panza a promis à ces personnalités de tout mettre en œuvre pour les aider à sortir de cette crise.

Les discussions devaient se poursuivre mardi entre la délégation de Boda et certains membres du gouvernement, parmi lesquels le ministre de la Défense Aristide Sokambi et celui de la Sécurité publique Thierry - Marie Métinkoué.

Il s’agit de définir les modalités d’éventuelles opérations à mener dans un proche avenir.

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse
Affaires Étrangères