#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

ActualitésSécurité

©Minusca
Général de corps d’armées, Daniel Sidiki Traoré, Commandant des forces de la Minusca

Centrafrique : l’axe Bambari-Alindao sécurisé par la Minusca ?

Depuis octobre 2021, après l’attaque des éléments de l’Unité pour la paix en Centrafrique (UPC) contre un véhicule de transport en commun, à 20 km de Bambari en direction d’Alindao, la circulation sur la route qui relie les deux villes est paralysée. Lors de sa conférence de presse du mercredi 26 janvier, la Minusca a annoncé que le trafic sécurisé a repris sur ce tronçon. Ce que réfutent les autorités locales et la population.

Considéré depuis quelques mois comme un foyer d’insécurité en raison de la multiplication des attaques des éléments de l’UPC, la Minusca a indiqué qu’elle a pu réduire les menaces sur l’axe Bambari-Alindao.

"L’opération de domination a réussi et l’axe Bambari-Alindao est sécurisé. C’est une bonne nouvelle pour la population locale. Donc il n’y aura pas de problème", a déclaré Zouhair El Kandoussi, porte-parole de la force de la Minusca.

Une information contestée par la population locale

Si la Minusca annonce la libération et la libre circulation sur l'axe Bambari-Alindao, les populations locales affirment le contraire. Selon elles, les hommes armés sont toujours actifs sur ces axes.

"Il y a encore des foyers d’insécurité sur cet axe-là. Les marchands ambulants sont régulièrement victimes des éléments armés embusqués entre Bambari et Alindao. On les dépouille de leurs biens et autres…l’insécurité est encore bel et bien là", a témoigné un habitant de Bambari.

"Aucun axe n’est sécurisé"

"Présentement, aucun axe n’est sécurisé par la Minusca que ce soit Bambari-Alindao ou Bambari-Ippy. Pour preuve, les populations de la commune de Yengo-Mbaïdoungoumbrou sont sous la coupe de ces malfrats de l’UPC. Par crainte de violences, ils sont obligés de regagner Ippy-centre", renchérit Victor Bissekoin, préfet de la Ouaka.

Il y a de cela quelques semaines, le député de Bria, Max Balenda avait aussi dénoncé le refus de la Minusca de sécuriser les convois entre Bambari et Bria. Malgré tout, la Minusca précise qu’elle est toujours opérationnelle dans ces zones pour faciliter la libre circulation des biens et personnes.

 

Sur le même sujet:

Centrafrique : la Minusca pointée du doigt dans la hausse excessive des prix des denrées alimentaires à Bria

 

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse