ActualitésSociété

©Facebook
La ville sinistrée de Alindao après les violences armées du 15 novembre

Bangui : La diaspora de France se mobilise en faveur des victimes de Alindao

L'association "A Sewa ti Bé Africa" a remis ce 26 décembre au service d'appui aux victimes de Alindao une somme d'argent en vue de secourir les victimes des violences armées à Alindao.

Les actions caritatives se poursuivent pour aider les habitants de Alindao en détresse suite à l'attaque du 15 novembre 2018 faisant plusieurs morts et des déplacés internes. Après la société St Vincent de Paul la semaine dernière, c'est le tour de l'association "Sewa Ti Bé Africa" d'apporter sa pierre à l'édifice. Elle a remis symboliquement la somme de 650 euro soit plus de 400.000Fcfa pour appuyer cette communauté en détresse.

Comme une réponse au choc au regard des images sur les réseaux sociaux, les membres de l'association basée à Marseille veulent compatir aux victimes. " Nous avons vu les images des atrocités circuler sur les réseaux sociaux et cela nous a attristé. Nous nous sommes dit qu'est ce que nous pouvons faire pour penser à nos frères de Alindao ?  A 'occasion de la fête du 1er décembre nous avons récolté de l'argent et nous voulons que cela aille à cette population" a indiqué Hervé Mokpem Menewet représentant de cette association.

Par ce geste, le représentant de ladite association engage le gouvernement à faire davantage pour secourir les victimes de l'attaque. " Nous sommes contents d'avoir aidé cette population, même si c'est symbolique. Il serait souhaitable que le gouvernement fasse plus pour l'assistance humanitaire et la sécurité des habitants de Alindao" a-t-il ajouté.

La ville de Alindao a été la cible d'attaque armée attribuée aux hommes de l'UPC. Ces attaques ont endeuillé plusieurs familles et suscité des réactions de l'église catholique, de la classe politique et de la société civile fin novembre. Ces réactions étaient plus axées autour du 1er décembre, date de proclamation de la République Centrafricaine.

 

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse
Affaires Étrangères