ActualitésSociété

©RNL / Rodrigue Le Roi Benga
Des conducteurs de motos-taxis en attente des clients au rond point Pétévo (6ème arrondissment de Bangui), le 9 mai 2019

Haute Kotto : des conducteurs de motos-taxis suspendent leurs activités à Bria

Plusieurs conducteurs de motos-taxis ont suspendu leurs activités en cette saison des pluies. A l'origine, les difficultés à recouvrer les montants fixés par les propriétaires des engins.

"Sur 500 motos-taxis recensés dans la ville de Bria en saison sèche, seulement 300 sont opérationnels en cette saison pluvieuse", a déclaré Mahamat Alhabib Soumaïne, Délégué des conducteurs de motos-taxis de Bria. La baisse des activités économiques et minières dans la région en cette période des pluies justifie ce désistement. Les conducteurs de motos-taxis éprouvent des difficultés à verser la totalité de la somme fixée par les propriétaires.

Sur le plan sécuritaire, ces opérateurs du secteur des transports notent une nette amélioration de la situation. "Après la signature de l'Accord politique pour la paix et la réconciliation, il y a la libre circulation permettant un accès facile dans tous les quartiers de la ville et sur les axes Ouadda, Mingala et Ippy" a expliqué Mahamat Alhabib Soumaïne.

"Nos adhérents ne sont pas inquiétés", s'est-il réjouit en conclusion.

Certains conducteurs de motos-taxis expliquent que les rumeurs et les fausses alertes sont parfois à l'origine des dysfonctionnements dans leurs activités. A Bria, les motos-taxis sont les seuls moyens de transports. Le coût de transport par personne s'élève à 250 francs Cfa à l'intérieur et à 500 francs Cfa pour atteindre les zones situées aux environs de trois kilomètres. Une tarification jugée excessive par certaines personnes.

Pendant la crise qui a secoué la ville de Bria la divisant en quatre blocs, il n'était pas été facile aux conducteurs de motos-taxis de sillonner en toute liberté.

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse
Affaires Étrangères