COVID-19 : Tous ensemble face au virus

ActualitésSociété

©RNL / Moïse Bakoua
Des petites filles transportant de l'eau dans des bidons à Obo dans le Haut Mbomou

RCA : 2 enfants sur 5 non enregistrés à l'état-civil selon l'Unicef

D’après le rapport de l’Unicef publié à l’occasion de son 73ème anniversaire, l'organisation a relevé qu'en République centrafricaine, deux enfants sur cinq ne sont pas enregistrés à l’état-civil. Dans le document, l'Unicef estime que moins de 14% des enfants ont reçu leurs actes de naissance entre 2015 et 2016.

« Un enfant dont la naissance n’est pas déclarée est invisible » selon les responsables de l’Unicef. Pour leur donner une visibilité et de l’espoir, l'agence des Nations-Unies appuie le gouvernement centrafricain à travers un projet d’enregistrement de naissance.

Le Ministère de l’Administration du Territoire en partenariat avec l’Unicef, a lancé lundi 9 décembre à Bangui ce nouveau projet. Le programme va se dérouler sur 6 mois et vise à multiplier les centres d’état-civil sur l'ensemble du territoire. Il est aussi question de réduire le prix d’établissement des actes de naissance.

"La vision du gouvernement, c'est de ramener l'administration auprès de la population, multiplier les centres d'état-civil dans le pays, réduire les frais de délivrance des actes de naissance, préparer les officiers d'état-civil" a expliqué David Gbéti, directeur de cabinet au Ministère de l’Administration du Territoire.

"Le département veut reconstruire ses archives et donner la chance à chaque centrafricain d'avoir un acte de naissance pour faire la différence entre celui-ci et les étrangers" a précisé David Gbéti.

"Chaque enfant a le droit d’avoir un nom, une nationalité et une identité juridique" a insisté l’Unicef.

 

 

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse
Affaires Étrangères