#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

ActualitésSociété

©AGETIP/CAF
Une route de la capitale centrafricaine en pleins travaux de reconstruction, 2022

Centrafrique : des habitants de Boy-rabe exaspérés face à la montée de poussière

Les travaux de réhabilitation des routes à Bangui ne font pas que des heureux. De nombreuses personnes se plaignent de la poussière qui envahit leurs quartiers en raison de ces travaux. C’est l’exemple du quartier Boy-rabe dans le 4e arrondissement.

Depuis le marché Boy-rabe jusqu’au quartier Kokpa avant d’atteindre Kassaï, toutes les maisons qui longent ce tronçon, sont envahies de poussière. Sur la route, de gros tuyaux de la Société de distribution d’eau en Centrafrique (SODECA) sont disposés par les riverains pour rétrécir la route et ralentir la vitesse des engins.

« Trop de poussière »

"Les camions bennes roulent à vive allure et soulèvent trop de poussière. C’est pourquoi, nous sommes obligés de mettre ces tuyaux sur la route. Mais, dès que cette route sera arrosée, nous les enlèverons", explique Elvis, un jeune du quartier Boy-rabe.

- Lire aussi : Centrafrique : la poussière rend la vie difficile aux riverains de la rue des sœurs

Parmi ces maisons aux abords de la route, il y a celle de Firmin. Ses fauteuils, habits et ustensiles de cuisine sont recouverts de cette poudre rouge.

« Dans certains pays, on prend des dispositions »

"Ouf ! A l’intérieur on n’en peut plus ! Sur le lit, tout est empoussiéré. Dans certains pays, lorsqu’il y a des travaux de ce genre, on prend des dispositions pour que la route soit arrosée afin que la population se mette à l’abri de la poussière. Mais chez nous, c’est le contraire", regrette Firmin.

Toujours le long de cette route, Vanessa, une commerçante, vend des produits alimentaires. La poussière a découragé sa clientèle.

Perte de clients

"Nous vendons aux abords de la route et la poussière nous envahit. Ce qui fait que les clients fuient et nous ne pouvons avoir de l’argent. Nous demandons au gouvernement d’arroser la route de temps en temps", plaide Vanessa.

Certains habitants affirment qu’ils ont la volonté d’arroser ce tronçon mais, la rareté de l’eau dans leur secteur fait défaut.

Des puits pour s’approvisionner en eau

"Pour l’instant dans le 4ème arrondissement, nous avons un problème d’eau. La SODECA a désactivé son réseau de distribution. Pour avoir de l’eau, il faut s’approvisionner au niveau des puits. Que le gouvernement, à travers les sapeurs-pompiers, nous approvisionne en eau pour nous aider à arroser cette route", lance Augustin, un habitant.

Dépassés par le soulèvement de la poussière, les habitants de Boy-rabe comme ceux de plusieurs autres secteurs dans lesquels se déroulent les travaux de réhabilitation des routes sollicitent un programme régulier d’arrosage auprès des autorités.

- Lire aussi : Centrafrique: plusieurs routes en chantier dans Bangui

 

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse