.bandeau_provisoire{ background-color:#576c67; height:40px; line-height:40px; text-align:center; font-weight:bold; vertical-align:middle; } .bandeau_provisoire a{ color:#b9d09a; font-size:14px; }

Bambari : Trois soldats blessés dans l'attaque de leur convoi

lundi 11 juin 2018 14:33

Bambari : Trois soldats blessés dans l'attaque de leur convoi
Des FACA et des instructeurs Russes en partance pour Bangassou dans le Mbomou ont été attaqués dimanche 10 juin 2018 à Bambari dans la Ouaka par des éléments de Ali Darassa de l'UPC. Deux soldats des Forces armées centrafricaines (FACA) et un instructeur Russe ont été blessés selon la ministre centrafricaine de la Défense.

Les véhicules de transport de troupes selon les informations ont été bloqués pendant plusieurs heures devant une barrière contrôlée par des casques bleus Mauritaniens. Après des négociations entre les instructeurs Russes et les casques bleus, les militaires à destination de Bangassou ont été autorisés à prendre la route. A quelques mètres, les premiers véhicules transportant les FACA et les Russes ont été pris à partie. Des tirs nourris ont été confirmés par la population.

Lundi 11 juin, le ministère de la Défense nationale est monté au créneau. La ministre Marie Noëlle Koyara s’est insurgée contre cette attaque qui a fait des blessés dans le rang des FACA parmi lesquels un instructeur Russe.

"De tout ce qui s'est passé à Bambari, l'important est que nos militaires se sont défendus. Ils sont de passage et malheureusement ils ont été pris à partie", s'est indignée Marie Noëlle Koyara, ministre de la défense précisant que les soldats "n'étaient pas partis combattre".

Des enquêtes ont été ouvertes pour déterminer les responsabilités. "Le sous-chef d'état-major adjoint est sur le dossier pour recueillir toutes les informations nécessaires avec le concours de la Minusca pour des dispositions à prendre", a expliqué la ministre. Pour le membre du Gouvernement, les hommes en uniforme "poursuivront leur mission jusqu'au bout".

Mme la ministre demande aux groupes armés signataires de l’accord du DDRR de respecter leurs engagements afin de faciliter le redéploiement de l’autorité de l’État. "Nous étions à plusieurs reprises sur le terrain et certains groupes armés disaient qu'ils allaient cesser leurs activités une fois les FACA redéployées. Aujourd'hui, les FACA sont en cours de redéploiement et ces hommes les attaquent", a déploré Marie Noëlle Koyara qui estime que ces rebelles ont totalement bafoué "leurs engagements". Pour elle, les FACA ont une mission délicate : "assurer la protection de la population civile et du territoire national".