#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

ActualitésÉconomie

©Minusca
Des casques bleus de la Minusca

Centrafrique : la Minusca pointée du doigt dans la hausse excessive des prix des denrées alimentaires à Bria

La ville de Bria dans la Haute-Kotto connait ces derniers jours, une hausse inquiétante des prix de denrées alimentaires et de produits de première nécessité. Pour cause, la suspension par la Minusca des escortes de véhicules de marchandises sur le tronçon Bambari-Bria.

D’après les témoignages de certains habitants et selon les autorités locales, cette flambée de prix des denrées alimentaires est due à la suspension des escortes sur le trajet Bambari-Bria par la Minusca. Pour le député de la ville, la population locale paie déjà le prix de cette décision. A cet effet, il demande à la Mission onusienne de reprendre les activités pour sécuriser le ravitaillement de la population en détresse.

« Le refus du contingent de la Minusca de faire le convoyage »

"Pour l’instant, se pose un sérieux problème de produits de première nécessité à Bria. Auparavant, un kilogramme d’oignon se vendait à 1.500 francs contre 3.500F aujourd’hui. La raison, selon les commerçants que nous avions rencontrés, c’est le refus du contingent de la Minusca de faire le convoyage des véhicules de marchandises de Bambari à Bria" a déploré Sylvain Max Balenda, député de Bria 1.

Pendant que l’élu de la Nation dénonce la suspension par la Minusca de la sécurisation des convois commerciaux entre ces 2 villes, la mission onusienne rejette toute responsabilité dans cette situation.

« Il ne nous a pas été demandé d’assurer de l’escorte et qu’on ait refusé »

"Il n’a pas été clairement établi que la Minusca a refusé d’assurer les escortes. Il y a l’état des routes qui ne favorise pas le passage de nos engins blindés à certains niveaux, notamment, sur les ponts impraticables. A ma connaissance, il n’a pas été demandé d’assurer de l’escorte et qu’on ait refusé. Cette hausse des prix n’est pas liée aux actions de la Minusca", a indiqué Lt-colonel Abdelaziz Ouédraogo, porte-parole de la force onusienne.

Depuis le lancement des opérations militaires contre les combattants armés de la CPC, ceux-ci s’organisent en petits groupes tendant des embuscades aux véhicules de marchandises et de transport en commun dans les régions de la Ouaka et Basse-Kotto.

 

Sur le même sujet:

Centrafrique: la reprise des convois plombée par l’attaque des camions par les rebelles de la CPC sur le corridor Bouar-Garoua Boulaï

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse