#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

ActualitésJustice

©RNL
Un aperçu de la salle d'audience de la Cour pénale spéciale à Bangui

Centrafrique : des associations de victimes haussent le ton devant la CPS

Des leaders des associations des victimes ont pris d’assaut, ce vendredi matin, la devanture de la Cour pénale spéciale (CPS) pour dénoncer l’échec de son premier procès du mardi 19 avril. Cette première audience a été reportée suite au  boycott des avocats. Le président de la CPS qui a reçu les victimes tente de les rassurer de ce qui se fait du côté de la Cour pour trouver une solution.

Ils sont une dizaine d'associations représentées par leurs leaders à exprimer la colère des victimes suite à l'incertitude qui plane au sujet de la date du 25 avril, fixée pour le procès. Le sit-in vise, par ailleurs, à dénoncer le "sabotage" de l’ouverture de l’audience du 19 avril.  

"La Cour pénale spéciale, cette institution, a été mise en place par la volonté des Centrafricains pour pouvoir juger tous les auteurs d’atteintes graves ou de crimes de guerre. Mais aujourd’hui, avec ce qui se passe, nous nous sentons abandonnés. Les victimes s’étaient mobilisées pour suivre les premières audiences qui ont été reportées", déclare Bertin Boto, secrétaire général du collectif des associations des victimes de Centrafrique.

La CPS rassure les victimes

La réaction de la Cour n'a pas tardé. Les mécontents ont été reçus par le président qui leur a fourni des détails sur chaque étape ayant conduit à leur frustration.

"Je leur ai expliqué que le mécontentement des avocats est dû aux honoraires qu’ils ont estimé insuffisants et ils souhaiteraient que cela soit revu à la hausse. C’est un droit mais ce n’est pas la cour en réalité qui gère le budget de cette juridiction. La cour est appuyée par un projet et c’est à ce niveau-là que toutes les décisions en ce qui concerne le fonctionnement sont prises", explique Michel Landry Louanga, président de la CPS.

Pendant ce temps, les discussions se poursuivent entre la CPS et le corps spécial des avocats. Rien n’est encore précis si les avocats vont revenir sur leur décision ou non de ne pas participer au procès.

 

Sur le même sujet :

Centrafrique : des victimes s’inquiètent face à la lenteur de la justice

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse