#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

ActualitésJustice

©Image d'illustration
Vue d'un prévenu dans une geôle

Centrafrique : un haut cadre du ministère de l’Energie et deux de ses collaborateurs placés en garde à vue à Bangui

Le directeur de cabinet du ministre de l’Energie et deux de ses proches collaborateurs sont placés en garde à vue à la Section des recherches et d’investigations (SRI). Ils sont accusés de tentative de vol de plusieurs dizaines de panneaux solaires du champ solaire de Sakaï dans la commune de Bimbo. Une enquête est ouverte par le parquet de Bangui.

Le 09 septembre 2022, le député de la deuxième circonscription de Bimbo, intercepte, dans la soirée, deux véhicules transportant du matériel destiné aux travaux du champ solaire de Sakaï. A bord de ces véhicules, appartenant au ministère de l’Energie, se trouvaient 21 panneaux photovoltaïques de grande capacité et des accessoires. Sur le champ, le parlementaire alerte les services de sécurité, les responsables du ministère de l’Energie ainsi que la presse locale.

« C’était aux environs de 18H30 que j’ai vu deux véhicules remplis de panneaux solaires quittant le site du champ solaire de Danzi en direction du PK5. J’ai remarqué qu’il s’agit des véhicules du ministère de l’Energie et de l’Hydraulique. J’ai trouvé cela suspect et j’ai demandé à  mon garde du corps de les interpeller. Lorsque nous les avons approchés, j’ai remarqué qu’à bord de ces véhicules se trouvaient des cadres du ministère de l’Energie. Ils m’ont fait savoir qu’il s’agissait des panneaux solaires cassés et qu’ils avaient reçu l’autorisation de les transporter. C’est ainsi que j’ai alerté le directeur général de l’Enerca… », a expliqué le député Henri Gbogouda.

L’affaire fait du bruit et le nom d’Alain Kolongato, directeur de cabinet du ministre de l’Energie, est cité. Ce dernier a, dans un premier temps, réagi vigoureusement, arguant que ces panneaux solaires n’étaient pas détournés mais plutôt un don de l’entreprise chinoise en charge des travaux au comité de suivi du projet.

« La déclaration du député Gbogouda n’est que l’expression de son émotion personnelle (…) C’est avec une très grande désolation que je l’écoute dire ça (…) Il y a eu un dégagement d’une marge de 21 panneaux et l’entreprise chinoise en charge des travaux a décidé de faire grâce de çà à titre d’encouragement au comité qui a accompagné l’exécution du projet », s’est défendu Alain Kolongato, directeur de cabinet du ministre de l’Energie et de l’Hydraulique.

La justice se saisit de l’affaire      

Depuis le vendredi 16 septembre, Alain Kolongato et deux (2) de ses proches collaborateurs, notamment, Victor Sioboua, directeur des Energies renouvelables et Christian Balcilia, chef de service dans cette direction, sont placés en garde à vue à la Section des recherches et d’investigations (SRI).

 L’arrestation de M. Kolongato et de ses 2 collaborateurs a été autorisée par le procureur de la République. Lequel a aussitôt ouvert une enquête judiciaire. Cet épisode intervient après de nombreux cas de vandalisme enregistrés sur les lampadaires solaires, installés par la société tunisienne Tragedel dans plusieurs rues et avenues de Bangui.

 

Lire aussi :

Centrafrique : le ministre Hassan Bouba Ali, placé en détention provisoire à la prison de Camp de Roux à Bangui.

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse