#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

ActualitésPolitique

©Amb France
Jean-Marc Grosgurin, ambassadeur de France en Centrafrique

Centrafrique: la France dénonce des campagnes de dénigrement à son égard

Dans une interview exclusive accordée à Radio Ndeke-Luka, l’ambassadeur de France en République centrafricaine dénonce des campagnes de dénigrement menées contre son pays. Pour Jean-Marc Grosgurin, ces campagnes ont pour objectif de ternir, non seulement l’image de la France mais également de la Centrafrique à l’étranger.

C’est un constat fait par le numéro 1 de la France en République centrafricaine. Selon Jean-Marc Grosgurin, des campagnes de désinformation se multiplient à travers le pays comme à l'étranger afin de ternir l'image de certains partenaires internationaux et d'affaiblir l’influence de son pays, partenaire privilégié de Centrafrique.

"Je constate qu'il y a des campagnes de désinformation, de dénigrement, de mensonge, de manipulation d'informations qui concernent un certain nombre de partenaires internationaux, pas seulement la France. Mais la France, au premier chef. Ça, depuis environ trois ans. Ces campagnes sont issues de réseaux sociaux, de certains médias mais aussi de certains réseaux pseudo-panafricanistes. L'objectif est de défavoriser les positions de la France et d'affaiblir l'influence de la France dans le pays" a affirmé Jean-Marc Grosgurin, ambassadeur de France en Centrafrique. 

Cette prise de position de l’ambassade vient couper court aux spéculations et rumeurs accusant la France d’avoir fomenté des crises dans le pays afin d'exploiter ses ressources naturelles. M. Grosgurin balaie du revers de la main ces accusations.

"La France n'a pas d'agenda caché en Centrafrique. La France n'a pas, comme on le voit dans des campagnes de désinformation, un plan pour déstabiliser le pays avec certains groupes armés ou plan pour aller piller les ressources naturelles" a poursuivi Jean-Marc Grosgurin.

Même si Bangui et Paris ne se sont pas ouvertement ou publiquement prononcés sur certains litiges qu’ils les lient, le diplomate estime que les autorités des deux pays peuvent se parler en toute franchise sur certains points.

"Je ne dis pas que les relations entre Bangui et Paris sont au beau-fixe. Je crois que toute relation, je dirai de famille, traverse de fois des hauts et des bas. Je pense qu'on peut améliorer tout ça en se disant la vérité, en se parlant en toute confiance parce qu'on se connait" a conclu le diplomate français.  

La France, de son coté, se considère toujours partenaire numéro 1 de la République centrafricaine dans plusieurs domaines d’intervention. Ce chapitre s'ouvre après le renforcement des liens diplomatiques de la RCA avec la Fédération de Russie ainsi que l'élargissement des relations bilatérales avec plusieurs pays de la région, notamment, le Rwanda.

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse