#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

ActualitésPolitique

©La Renaissance
Une vue des participants au 2ème séminaire gouvernemental, tenu à Bangui du 10 au 22 août 2022

Centrafrique : l’évaluation du RCPCA, au cœur du 2ème séminaire gouvernemental

Depuis le mercredi 10 août 2022, le gouvernement passe en revue ses différentes réalisations. Réunis à la cité des chefs d’Etat dans le 1er arrondissement de Bangui, les membres du gouvernement vont évaluer, durant 12 jours, les réalisations faites par l’Etat et envisager de nouvelles actions. Ouvrant les travaux, le président Faustin-Archange Touadéra a déploré beaucoup de manquements dans la gestion des projets en faveur de la population.

Dans son discours d’ouverture, le président de la République a mis l’accent, principalement, sur les objectifs non atteints du Plan national de relèvement et de consolidation de la paix (RCPCA). Faustin-Archange Touadéra note que l’évaluation du RCPCA révèle que de résultats meilleurs auraient pu être enregistrés, si un certain nombre de contraintes avaient été levées. L’une des contraintes, selon le chef de l’Etat, est la faiblesse des capacités humaines et organisationnelles de l’administration publique.

Identifier les faiblesses et y faire face

Passant en revue la question du Plan de relèvement, le président de la République pointe la faible appropriation de ce programme par des membres du gouvernement et leurs équipes. Des manquements qui impactent négativement, selon lui, le choix, la cohérence et la mise en œuvre des projets prévus dans le cadre de ce programme. Pour ce faire, Faustin-Archange Touadéra exhorte les ministres à «identifier les principales causes qui freinent l’exécution des différents projets afin de prendre des mesures pour y faire face… Le défi aujourd’hui est le renforcement de la capacité de l’administration. Celle-ci doit retrouver tout son dynamisme afin de fournir des services de qualité, attendus par les centrafricains », souligne le chef de l’Etat.

Depuis son lancement en 2016, le RCPCA est financé par les partenaires de la République centrafricaine à hauteur d’environ 2.000 milliards de francs CFA. Cependant, les réalisations sont peu visibles. Débutés le mercredi 10 août avec un exposé du ministre des Finances, Hervé Ndoba, sur la mobilisation des recettes financières de l’Etat au niveau national, les travaux de cette réunion gouvernementale s’achèvent le 22 août prochain. C’est la deuxième session après la première, organisée il y a 16 mois. 

 

Lire aussi :

Centrafrique : tension de trésorerie – le gouvernement dans l’impossibilité de financer ses propres programmes

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse