#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

ActualitésPolitique

©RNL/Brice Landry Ndangoui
Le bâtiment de l'Assemblée nationale à Bangui

Centrafrique : divergence de réactions après la désignation des membres du comité chargé de rédiger la nouvelle Constitution

Vingt-quatre heures seulement après la confirmation des membres du Comité chargé de rédiger le projet de la nouvelle Constitution centrafricaine, les réactions ne se sont pas fait attendre. Si le Front républicain, proche du pouvoir, se félicite de la mise en place de cette équipe, le Bloc républicain pour la défense de la Constitution du 30 mars 2016 (BRDC), lui, fustige cette nomination en la qualifiant d’un non-événement.

Dans le lot des réactions intervenues quelques heures seulement après la publication du décret portant nomination des membres du comité chargé de rédiger le projet de la nouvelle Constitution, celle du Front républicain. Cette organisation politique, proche du pouvoir, salue la mise en place dudit comité et demandent aux Centrafricains de se rapprocher des membres pour des propositions en vue de les intégrer dans la nouvelle loi fondamentale. Par ailleurs, il se dit mobilisé afin d’accompagner le prochain scrutin référendaire.

« Ce travail va aboutir à un résultat probant »

"La mise en place de ce comité chargé de réécrire la constitution de la République centrafricaine est salutaire. De là, nous allons revenir à la base pour préparer le terrain, notamment, le scrutin référendaire. Nous sommes optimistes parce que nous avons fait un travail de fond. Je sais que ce travail va aboutir à un résultat probant" s’est réjoui Héritier Doneng, coordonnateur du Front républicain.

Cependant du côté du Bloc républicain pour la défense de la Constitution du 30 mars 2016 (BRDC), l’on se dit toujours confiant dans le projet de faire obstacle à ce projet.

« C’est un non-événement et n’a aucune force contraignante »

"Nous considérons ce décret comme une fuite en avant sur le plan politique. C’est un non-événement et n’a aucune force contraignante pour qui que ce soit. A cet effet, nous attendons sereinement le verdict de la Cour constitutionnelle qui a été saisie en annulation de ce décret. Puisque contre vents et marrées, Touadéra veut instaurer un pouvoir à vie" a affirmé Martin Ziguélé, porte-parole du BRDC.

Pour l’instant, la balle est dans le camp de la Cour constitutionnelle. Laquelle cour doit se prononcer dans les prochains jours sur la requête en annulation, déposée par le Bloc républicain pour la défense de la Constitution du 30 mars 2016.

 

Lire aussi :

Centrafrique : les 53 membres du comité chargé de rédiger la nouvelle Constitution désignés

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse