#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

ActualitésSanté

©aBangui.com
Photo de famille à l'ouverture du 4e congrès de la SOCAGO à Bangui, 11 janvier 2023

Centrafrique : le 4e congrès du SOCAGO prend fin à Bangui

Les assises du 4ème Congrès de la société centrafricaine de gynécologie et d’obstétrique (SOCAGO) ont pris fin le jeudi 13 janvier 2023 à Bangui. Durant 4 jours, plusieurs sujets importants liés à la santé de la femme, de la mère et de l’enfant ont été abordés.

Ouverts le mardi 10 janvier 2023, les échanges, qui ont duré 4 jours, ont traité des cancers gynécologiques et mammaires. Plusieurs sous-thèmes ont été développés. L’objectif, selon les prestataires de la santé, est d’améliorer la qualité des services en faveur de la mère et de l’enfant.

Ces moments d’échanges et de partage d’expérience ont mobilisé plus de 500 professionnels de santé de la République centrafricaine et de 19 autres pays africains. En plus du thème principal axé sur les cancers gynécologiques et mammaires, les hémorragies génitales, causes du décès de nombreuses femmes, la planification familiale et la prise en charge du nouveau-né en maternité, ont été les sujets les plus débattus. Un accent particulier a été aussi mis sur l’appropriation des recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur les consultations prénatales.

Huit consultations au lieu de 4

"Nous avons de nouvelles méthodes qui nous permettent de dépister, pas avec de grands moyens, mais le plutôt possible, les cancers afin d’éviter les cas de décès chez les femmes. Dans nos communautés, nous pouvons amener les femmes à faire des prélèvements elles-mêmes au niveau du col de l’utérus pour les apporter dans les formations sanitaires. Avant, 4 consultations prénatales recentrées suffisaient avant l’accouchement mais, avec les nouvelles directives de l’OMS, il est maintenant question qu’une femme enceinte puisse avoir 8 contacts avec le personnel soignant avant l’accouchement", a apprécié Zoé Eulalie Deganaï, sage-femme à l’hôpital du district de Bossangoa.

- Lire aussi : Centrafrique : Dauphin Royal répond à la sollicitation du ministère de la santé

Le président de la Société des gynécologues et obstétriciens du Cameroun (SOGOC), se félicite de la tenue de ces échanges riches en contenu.

Partage d’expériences

"Nous avons des problématiques identiques dans nos différents pays notamment, la lutte contre le cancer gynéco-mammaire, c’est-à-dire le cancer du sein et le cancer du col. Et, ces problématiques sont mieux abordées lorsque nous partageons les expériences. De façon pratique, il y a des habitudes que nous développons et qui ont donné des résultats et que nous pourrons partager pour permettre à ce que les uns et les autres diminuent la mentalité liée à ces maladies dans nos différents pays", a proposé Pr Émile Télesphore Mboudou, président de la Société des gynécologues et obstétriciens du Cameroun.

A l’ouverture de ce 4ème congrès de la SOCAGO, le président de la République centrafricaine, Faustin Archange Touadéra, a mis l’accent sur les ressources humaines pour réduire le décès de la mère et de l’enfant. Il a promis de travailler sur les moyens afin de soutenir la lutte contre le décès de la mère et de l’enfant.

- A écouter : Mag-santé : comment prévenir le cancer du col de l'utérus ? :

 

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse