ActualitésSciences et techniques

Désormais la transparence dans les transactions pour l’or et le diamant

Les Centrafricains pourront désormais bénéficier de leurs richesses minières que sont le diamant et l’or. Une Cellule dénommée Cellule du Système d’Information Géographique (SIG), destinée à assurer un meilleur suivi et une analyse plus efficace des informations minières vient d’être mise à la disposition de l’Etat centrafricain. C’est un don du Gouvernement américain à travers le projet DPDDA, Droits de Propriété et de Développement du Diamant Artisanal.

Il s’agit d’un nouveau système de suivi et de contrôle de la production minière institué pour moderniser le circuit de suivi de la production du diamant au ministère d’Etat  aux mines et de l’énergie.

Selon Armel GANZI responsable du Système d’Information Géographique SIG au DPDDA, interrogé par Radio Ndeke Luka, « le suivi du diamant et de l’or sera fait du chantier jusqu’à l’exportation, à travers des informations géographiques centralisées au niveau du département ».

Pour l’Ambassadeur des Etats-Unis en poste à Bangui, Laurence WHOLERS, « ce modèle  de contrôle permet de lutter contre la fraude dans le secteur minier pour faire bénéficier davantage la population centrafricaine qui a toujours été loin des informations sur ses ressources ».

Quant au ministre d’Etat aux mines, Sylvain NDOUTINGAÏ, le gouvernement « veillera sur les données qui seront produites par cette cellule, pour non seulement limiter la contrebande minière, mais aussi améliorer les conditions de vie des artisans miniers ».

La Cellule comprend des ordinateurs, des imprimantes, un scanner, ainsi que la dernière version du logiciel du système d’information géographique.   L’ensemble des meubles et la réfection complète du bureau, a coûté près de 9 millions de francs CFA (environ 13,720 euros), financés par l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID).

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse
Affaires Étrangères