ActualitésSécurité

Un nouveau mouvement politico-militaire en Centrafrique

Révolution Justice, en abrégé « RJ », c’est le nom de ce mouvement politico-militaire né dans le nord de la République Centrafricaine. La Révolution Justice est dirigée par le commandant Armel Sayo.

Le mouvement s’est implanté dans l’Ouham-Pendé au nord du pays depuis décembre 2013 selon le commandant Sayo. L’objectif au départ était de faire partir Michel Djotodia du fauteuil présidentiel, chose faite le 10 janvier 2014 par les chefs d’Etat de la sous région d’Afrique centrale.

La Révolution Justice a désormais la charge d’assurer et de garantir  la stabilité territoriale comme l’affirme le commandant Sayo, joint au téléphone par RNL. « L’intérêt qui prime, c’est la stabilité de tous les centrafricains quelque soit leur communauté. Nous combattrons contre tout ce qui va compromettre à la tranquillité des centrafricains. Ce qui mérite d’être traité militairement sera traité comme tel, si c’est le dialogue, nous irons autour de la table » affirme le Cdt Sayo.

Le commandant Sayo justifie le choix du nord par le fait que la zone fait frontière avec le Tchad et le Soudan, principale porte d’entrée des différents groupes armés en Centrafrique.

La Révolution Justice s’est donnée pour mission principale de combattre les ex-Séléka dits incontrôlés ainsi que les éléments du rebelle tchadien Baba Ladé en activité dans cette région.

Le commandant Armel Sayo, initiateur de ce mouvement est un officier des Forces armées centrafricaines (FACA).  Il a servi comme directeur de sécurité de l’ex-président feu, Ange-Félix Patassé.

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse
Affaires Étrangères