ActualitésSécurité

©Vivien Magloire Kpéngou
Des éléments ex-Séléka à bord d'un véhicule sur une route provinciale de la RCA

Vakaga : les groupes armés sommés par la population de quitter Birao

La population de Birao dans la Vakaga a sommé les groupes armés de quitter la ville. Vendredi 9 août 2019, une rencontre a mis autour de la table, les autorités locales, administratives, la Minusca et les représentants de la population. Un rendez-vous qui a accouché d'une souris.

Au sortir de la rencontre vendredi, les représentants de la population ont exigé des autorités locales, administratives et de la Minusca, le départ sans condition des éléments du FPRC de la commune. Les faits remontent au 14 juillet 2019 à la suite à d'un accrochage entre éléments du FPRC et du MLCJ.

Face à l'exigence des habitants de Birao, les combattants du FPRC ont opposé un fin de non recevoir et sont restés hostiles malgré la présence des soldats de la paix. "Ces hommes armés risqueraient de compromettre entre FPRC et MLCJ", ont fait savoir certains habitants inquiets pour leur sécurité.

Se rappelant l'histoire, la population a cité entre autre un vol organisé mercredi 7 août par un élément du FPRC qui a failli dégénérer à une bataille au village Kapaho, située à 7 kilomètres de la ville de Birao. Un malentendu rapidement contrée par le maire-sultan de Birao.

Aujourd'hui dans la ville, une question demeure pendante sur toutes le lèvres. Entre la Minusca et les groupes armés, qui protège la population ? Pour l'heure, il est difficile d'avoir une réponse.

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse
Affaires Étrangères