ActualitésSécurité

©RNL/Erick Ngaba
Vu d'une réunion de la Minusca avec les entités pour trouver une solution à la crise sécuritaire en Centrafrique

Kaga-Bandoro : La Minusca dénonce les agitations des groupes armés

La Minusca a désapprouvé ce mercredi 15 janvier la tension sécuritaire entretenue par les groupes armés MPC et UPC qui a paralysé la ville de Kaga-Bandoro au centre du pays. La mission de l'ONU a qualifié d'"agitations", l'attitude des deux forces signataires de l'accord de paix de Bangui.

Une réunion des garants et facilitateurs est attendue ce 20 janvier à Bangui où les types de sanctions à infliger aux parties qui ne respectent pas les clauses de l'accord seront au rendez-vous.

Vladimir Montéiro, porte-parole de la Minusca rappelle aux groupes armés les engagements contenus dans l'accord de paix et de réconciliation signé le 6 février 2019 à Bangui, "Les groupes armés doivent participer au DDRR, disparaitre, contribuer à la pacification et mettre fin à la violence contre les civils" a-t-il rappelé, précisant que " la Minusca à Kaga-Bandoro suit de près la situation pour s'assurer qu'il n'y ait pas d'incidents sur la population et demande aux groupes armés de ne pas perturber la vie de la population"

La Minusca se félicite de l'évolution dans le régime de sanctions à l'encontre des groupes armés se mettant en marge de l'accord. " Il y a eu des avancées concrètes sur le régime de sanctions fin décembre. La prochaine réunion permettra de répondre clairement à la question de violation de l'accord par les groupes armés et à partir de ce moment, nous prendront notre responsabilité", a-t-il ajouté.

La rencontre du 20 janvier intervient dans le contexte où la sécurité est menacée à Kaga-Bandoro et suite à des violences à Alindao.

 

 

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse
Affaires Étrangères