#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

ActualitésSécurité

©Droits réservés
Une des qualités de mines antipersonnel utilisés par les éléments de groupes armés en République centrafricaine

Centrafrique : les mines anti-personnel, un réel danger dans l’Ouest et dans le Nord-ouest

Pendant que le monde célèbre ce 04 avril, la Journée internationale de sensibilisation et de lutte contre l’utilisation des mines anti-personnel, en République centrafricaine, l’utilisation de ces engins explosifs reste un défi pour la sécurité de la population. Notamment, dans les régions de l’Ouest et du Nord-ouest où la Minusca appelle la population à la prudence et à la collaboration.

Malgré son interdiction par l’Organisation des Nations-Unies dans le monde, l’utilisation des mines antipersonnel n’est pas exclue dans les modes opératoires des groupes armés. Vers la fin de l’année 2021, plus d’une dizaine de personnes ont perdu la vie dans des explosions de mines dans le pays. Les régions de l’Ouest et du Nord-Ouest restent les principales zones où est signalée l’utilisation de ces engins explosifs.

Face à cette préoccupation, la Mission onusienne avait lancé, vers la fin de l’année 2021, une opération de déminage dans ces régions. Malheureusement, la situation sécuritaire du pays n’a pas permis le succès de cette opération. Ainsi lors d’une mission en mars dernier à Bocaranga dans le Nord-ouest, la Minusca a annoncé que l’unité en charge de ces opérations de déminage recevrait dans les jours à venir un renfort en équipements. A cet effet, elle appelle la population à la prudence et à collaborer avec les unités déployées pour la réussite de ces opérations.

« Dans ces zones, il n’y a pas que les mines »

"Nous comptons sur l’arrivée très prochaine de quelques renforts en matière de déminage. Dans ces zones, il n’y a pas que les mines. Il y a également les restes de munitions de guerre, singulièrement, les roquettes et les grenades. Nous voulons aussi lancer un appel à la population qu’en cas de découverte de ces engins, il ne faut pas y toucher. Il faut repérer la zone et informer nos troupes" garantit le général Daniel Sidiki Traoré, commandant des forces de la Minusca.

En attendant le nettoyage des zones soupçonnées d’abriter les mines, les populations civiles des localités concernées doivent encore faire face à l’agressivité de ces engins explosifs. Cette situation impacte négativement les activités commerciales et champêtres dans l’Ouest dans le Nord-ouest car effrayés, les habitants ont peur de se rendre aux champs ou d’emprunter les axes routiers habituels.  

La Journée internationale de sensibilisation et de lutte contre les mines est déclarée, le 4 avril 2006 par les Nations-Unies. Elle est célébrée pour attirer l'attention des gouvernants et de l’opinion sur les besoins des victimes des mines et des restes explosifs de guerre.

 

Sur le même sujet :

RCA: la Minusca suspend provisoirement les opérations de déminage dans l’Ouest et dans le Nord-ouest

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse