#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

ActualitésSécurité

©RNL/Melino Bandio
Les éléments du bataillon d'intervention territoriale N°6 des Forces armées centrafricaines paradant sur l'avenue des Martyrs à Bangui, décembre 2021

Centrafrique : les autorités annoncent la reprise de la ville de Nzako par l’armée et ses alliés

La ville de Nzako, dans le Mbomou, serait repassée sous le contrôle des Forces armées centrafricaines (Faca) et leurs alliés, ce mardi 24 mai 2022, à en croire les autorités préfectorales du Mbomou. Ceci, après l’attaque des positions des Forces armées centrafricaines par les rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), le samedi 21 mai. Attaque au cours de laquelle au moins huit (8) militaires dont le commandant de zone ont été tués. 

L’occupation de la ville de Nzako (Centre-est), par les rebelles de la CPC, n’aura duré que 72 heures. Après l’attaque meurtrière du samedi 21 mai contre la base des Faca, des renforts ont été déployés dans la zone en vue de mener des contre-offensives. Selon Pierre Benguéré, Préfète du Mbomou, des renforts de l’armée sont arrivés, mardi 24 mai, dans la ville de Nzako. A en croire l’autorité préfectorale, la ville est repassée sous le contrôle des forces régulières et leurs alliés russes.    

"La ville de Nzako est contrôlée par les FACA et leurs partenaires russes et les rebelles sont en débandade dans la brousse. Les activités ont repris dans la localité. Les militaires qui sont morts, l’ont été, parce qu’ils sont engagés pour défendre la patrie", fait savoir Pierre Benguéré.

L’information est également confirmée par des sources locales contactées par Radio Ndeke Luka dans la ville de Bakouma, distante de 60 Km de Nzako.

Renforcer le dispositif militaire pour mieux sécuriser la zone

Les localités de Nzako et Bakouma sont régulièrement secouées par des affrontements entre l’armée nationale et les rebelles de la CPC. Cette région minière a été longtemps sous l’emprise des groupes armés qui y exerçaient des activités d’exploitation minière. Pour les autorités préfectorales et locales, il est indispensable de renforcer le dispositif militaire dans la zone afin de mieux sécuriser les populations civiles.

"Nous demandons au gouvernement de mettre encore plus de moyens à disposition de nos troupes pour leur permettre de protéger les populations civiles. Car les rebelles sont encore très actifs dans la région et s’attaquent souvent aux positions des Forces armées centrafricaines", souhaite la préfète du Mbomou.

Des casques bleus de la Minusca déployés à Nzako ?

Au cours de sa conférence de presse hebdomadaire de ce mercredi 25 mai, la Minusca a annoncé avoir déployé des casques bleus à Nzako pour appuyer les Forces armées centrafricaines.

"Une patrouille de la force de la Minusca a quitté Bangassou et est en route pour Nzako, via Bakouma. En attendant son arrivée, deux missions aériennes ont été effectuées par les casques bleus au-dessus de la localité les 22 et 23 mai", affirme Lieutenant-colonel Abdelaziz Ouedraogo, porte-parole des forces de la Minusca.

Le 21 mai dernier, la base des Forces armées centrafricaines de Nzako a été attaquée par des rebelles de la CPC. Après environ cinq (5) heures d’intense combat, les assaillants ont pris le contrôle de la ville et au moins huit militaires dont le commandant de zone ont été tués. Jusqu’à ce jour, aucun bilan officiel n’est disponible du côté des rebelles même si des sources concordantes évoquent des morts et des blessés.

 Cette attaque meurtrière est intervenue après celle du 28 avril 2022 où, au moins cinq (5) éléments des Faca ont été tués et deux (2) autres blessés lors d’une attaque de leur base à Nzako.

 

Sur le même sujet:

Centrafrique : au moins huit soldats centrafricains tués à Nzako dans le Mbomou

 

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse