#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

ActualitésSécurité

©Droits réservés
Des éléments des Forces armées centrafricaines en partance pour une mission de sécurisation au Nord-est du pays

Centrafrique : des habitants de la Vakaga dénoncent des exactions de l’armée et ses alliés

Plusieurs mois après le déploiement des Forces armées centrafricaines et de leurs alliés russes dans la Vakaga, certains habitants de cette préfecture se disent victimes de violences. Ces violences sont perpétrées, selon eux, par ces forces régulières. Ils citent notamment, des menaces, des intimidations et la confiscation de leurs biens par ces militaires.

Selon les informations recueillies par Radio Ndeke Luka et recoupées auprès de plusieurs sources dans cette région, ces faits se sont déroulés et se dérouleraient encore dans les localités de Sikikidé, Gordil et Ouandja dans la préfecture de la Vakaga. Certains habitants indiquent avoir fait l’objet de menaces, d’intimidations et ont vu leurs biens emportés de force par ces militaires.

« Ils ont cassé des portes de maisons avant de tout emporter »

"Ils sont venus à Gordil faire des tapages. Ils ont cassé les portes des maisons des particuliers et ont tout emporté. Après avoir dépouillé des jeunes artisans dans un chantier minier, ces derniers y ont abattu 7 personnes avant d’intercepter un camion. Lequel a transporté les objets pillés jusqu’à Ndélé où ils les vendent en ce moment" a témoigné Maïmouna, une des victimes.

Les villes de Ndélé et Birao sont situées dans le Nord-est de la République centrafricaine. A Ndélé par exemple, plusieurs sources confirment la vente d’objets, dont des motocyclettes, des téléphones portables et même des chaises plastiques par des éléments des forces de défense et leurs alliés. Cependant gagné par la peur, aucun individu n’ose témoigner. Contactées par Radio Ndeke Luka, les autorités locales disent ne pas avoir les preuves de ces allégations.

« Des informations non-avérées »

"Je n’ai vu, ni assisté à une scène où les Faca et les Russes sont en train de commercer des motos voire des biens. Dans cette ville, s’il s’était produit de tels actes, je serais automatiquement informé. Je ne suis pas du tout au courant de cette information. Pour moi, ce ne sont que des informations non avérées" a réfuté  Senoussi Ibrahim, Sultan-maire de Ndélé.

Toutefois, quelques autorités locales de la Vakaga confirment ces bavures. Cependant, ces dernières se réservent de tout commentaire car la plupart affirme ne pas être protégée. Elles appellent Bangui à soulager la peine de la population.

 

Lire aussi :

Vakaga l'arrivée des FACA à Birao redonne espoir à la population

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse