#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

ActualitésSécurité

©Reuters
Des rebelles de l'UPC à bord d'un véhicule 4X4 dans le Nord de Bangui

Centrafrique : des mouvements d’hommes armés signalés dans une partie de l’Est et du Nord-est

Après une période d’accalmie dans l’Est et dans le Nord-est de la République centrafricaine, des mouvements d’hommes armés ont été signalés entre les préfectures du Mbomou et de la Vakaga, en passant par la Haute-Kotto. Une information confirmée par des habitants et des autorités locales. Le déplacement de ces hommes armés inquiète les populations de ces régions, surtout ceux de Birao, chef-lieu de la Vakaga.

Selon les témoignages, ce mouvement d’hommes armés a commencé depuis Nzacko dans le Mbomou. Ces derniers ont traversé la Haute-Kotto, en passant par Ouadda, où ils ont raflé des produits vivriers entre les mains des habitants pour leur survie.

« On ne sait pas s’ils comptent attaquer une localité »

"Ces derniers jours, ces éléments armés commencent encore à se regrouper. On ne sait pas s’ils comptent attaquer une localité ou s’ils sont simplement dans une phase de retrait. D’après les témoignages, ils ont quitté Nzacko, passés par Ouadda et Ouanda-Djallé avant de gagner les villes de Tiringoulou et Birao. Au cours de leur trajet, ils ont dépouillé des habitants de leurs biens" a témoigné un habitant de Ouadda (Haute Kotto).

La présence et le déplacement de ces hommes armés ont été confirmés par plusieurs sources locales dont des autorités.

« Ils leur ont ravi quelques vivres pour la subsistance »

"Il s’agit d’une colonne d’environ 80 hommes. Sur leur chemin, ils se sont croisés avec des paysans. Heureusement, ils ne leur ont pas fait de mal. Néanmoins, ils leur ont ravi quelques chevreaux et des vivres pour leur subsistance. Ces derniers ont des fusils d’assaut en mains" a affirmé Zacharia Ramadan, sous-préfet de Ouanda-Djallé.

Selon d’autres sources contactées à Birao par Radio Ndeke Luka, une partie de ces hommes armés, environ 400, ont été aperçus le mercredi 2 novembre au village Aïfa dans la Vakaga. Ces derniers progresseraient vers la rivière Bahr Aouk, à la frontière avec le Tchad.

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse