#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

ActualitésSociété

©Image d'illustration
Aperçu du centre-ville de la capitale centrafricaine

Bangui : janvier, un mois de « galère » après les fêtes de fin d’année

Après les fêtes de fin d’année, certains ménages éprouvent de difficultés financières à Bangui. Certains Banguissois emploient un néologisme, notamment la "janviose" ou la maladie de la poche trouée. Janvier, moment d’austérité et de grincement des dents. Comment faire pour mieux vivre pendant ce mois considéré comme le plus long.

Au lendemain de la célébration de la Saint-Sylvestre, Marcelin nettoie sa concession, il enlève les herbes. Le quinquagénaire se défoule. Il s'était bien amusé pendant les fêtes de fin d'année. Actuellement, le père de famille traverse un moment de galère. Une situation qui le contraint à réduire les dépenses pour les besoins nécessaires de sa maisonnée.

" Voilà je suis dans la galère. C'est difficile pour moi de manger dans la journée. J'ai tout dépensé et je n'ai plus d'argent. Le mois est trop long et j'ai les yeux tournés vers le bon Dieu", dit-il.

Période de la vache maigre pour les ménages

Jean Baptiste, quant à lui, habite une maison de location au quartier Padré Pio à Bimbo. Il paye le loyer à 25 000 Francs CFA le mois. Assis sur les marches de sa maison, les yeux rouges, les lèvres séchées sous l'effet de la saison sèche, il est plongé dans des calculs.

"Je ne sais pas comment décrire ma situation. J'ai beaucoup dépensé et maintenant, je n'ai pas d'argent", regrette Jean Baptiste.

"Dans mon budget, j'ai tout prévu"

Comme à l'accoutumée, le mois de janvier est trop long, un mois "géant" comme certaines personnes aiment le dire. Joëlle maîtrise cette conjoncture, elle a pris ses précautions.

"Dans mon budget, j'ai prévu de l'argent pour la fête. C'est ce que certaines personnes ignorent. Beaucoup profitent de la situation pour faire des dépenses à l'aveuglette. Une fois au milieu du mois, ils s'endettent. D'autres prennent des avances sur salaire et cela impacte sur leur budget du mois de février".

Pourquoi le mois de janvier est qualifié de mois de galère ? Séverin, père de famille en sait quelque chose.

"Plus souvent, les gens pensent que la fête n'arrive qu'une seule fois dans la vie. Pourtant tous les jours c'est la fête. J'ai établi le budget de ma famille avant la fête. J'ai mis de côté, l'argent de la fête et le reste on va gérer avec le mois. Il faut prévenir les jours à venir".

Si certaines personnes n'ont pas su gérer leurs revenus, d'autres peut-être plus prévoyantes ont dépensé avec de réserve.

 

Lire aussi :

Linga théâtre : le village vit aux rythmes des fêtes de fin d’année

 

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse