#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

ActualitésSociété

©Haut-Commissariat pour les réfugiés
Un enfant centrafricain pris en charge par le HCR dans la préfecture de Lobaye

Ombella-Mpoko : au moins 9 enfants sur 10 n’ont pas d’actes de naissance dans le village Ndangala

Au village Ndangala, localité située à 30 kilomètres au Sud de Bangui dans la préfecture de l’Ombella-Mpoko, l’immense majorité des enfants ne possèdent pas d’acte de naissance. Sans existence officielle, l’avenir de ces derniers est compromis. Un casse-tête pour les responsables d’établissements scolaires.

Pas d’acte de naissance, pas d’existence officielle. D’après une étude de l’ONG Solidarité africaine au mois de mars dernier, au village Ndangala, la quasi-totalité des enfants ne disposent pas de ce document essentiel.

« Ils sont dépourvus de tout document »

"Nous sommes allés dans des ménages, dans des centres de santé et pédagogiques. Ce qui nous a permis de faire des statistiques. Ainsi, sur 10 enfants enregistrés, 09 ne disposent pas d’acte de naissance. Ils sont dépourvus de tout document. C’est déjà un problème" a fait savoir Dieu-Merci Fulgence Yamessé, vice-président de l’ONG Solidarité africaine.

Une information confirmée par les autorités locales. Lesquelles insistent sur l’importance de ce document pour pouvoir aller à l’école voire chercher un emploi.

« Ce document est la pièce maîtresse de la vie »

"Beaucoup d’enfants ici ne disposent pas d’actes de naissance. Pourtant ce document est la pièce maîtresse de la vie. Aujourd’hui si tu ne possèdes pas d’acte de naissance, tu ne pourras pas aller à l’école ou prétendre chercher à travailler" a déploré Armand Rock Souabiti, chef de groupe au village Ndangala.

Ces difficultés sont couramment observées dans les établissements scolaires de ce village, notamment, lors des inscriptions. Une peine d’après les responsables.

« Cela nous cause beaucoup de problèmes»

"Dans nos établissements, ce problème impacte énormément les enfants. Car généralement lors des inscriptions, les parents viennent les mains vides. Très souvent, ils ne maîtrisent même pas la date exacte de la naissance de leurs enfants. Cela nous cause beaucoup de problèmes" a regretté Albin Jean-Baptiste Guégbélet, directeur de l’école primaire de Ndangala

Au village Ndangala comme partout ailleurs en République centrafricaine, plusieurs parents ignorent encore l’importance de faire établir ce document d’Etat-civil à leurs enfants.

 

Sur le même sujet :

Centrafrique-Nola: parents d’enfants et municipalité se rejettent la responsabilité de non délivrance des actes de naissance

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse