#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

ActualitésSociété

©Droits réservés
Le building administratif centrafricain à Bangui regroupant plusieurs cabinets ministériels

Centrafrique : le gouvernement mettra-t-il fin aux stages pratiques à durée indéterminée dans les ministères ?

Pendant que le gouvernement procède aux opérations de contrôle physiques des fonctionnaires et agents de l’Etat, la situation des stagiaires de la Fonction publique demeure une équation. Leur effectif s’accroît considérablement et la durée de leur stage reste indéterminée. Pendant que ceux-ci se plaignent des difficultés liées à leur intégration, le gouvernement compte réorganiser le secteur.

Selon le constat dans la Fonction publique centrafricaine, les stages pratiques à durée indéterminée deviennent une pratique presque légale dans les services de l’Etat. Après plusieurs années, ces personnes en quête d’emplois déplorent la gestion de leur stage par le gouvernement. Pour eux, il existe une disparité dans les processus de recrutement dans la Fonction publique.

"Depuis des années, je file de stage en stage"

"Depuis des années, je file de stage en stage. J’ai eu à déposer plusieurs dossiers, mais ça n’a pas marché. La gestion de stage au niveau de la Fonction publique ne marche pas. Il y a des gens qui arrivent de l’extérieur et qu’on ne connaît pas, quelques mois après, ils sont intégrés. Mais ceux qui sont là depuis des années, ne sont pas pris en compte. Quand il y a un appel d’intégration, il faut passer par la Primature" déplore un stagiaire de la Fonction publique.

Nombreux sont ceux qui, depuis des années, continuent de passer le stage dans les services publics et qui attendent une éventuelle intégration. Pour l’Inspection générale du travail, cette pratique est illégale.

"Malheureusement, ces pratiques continuent…"

"L’intégration dans la fonction publique est organisée par voie de concours par le ministre de tutelle. Le gouvernement avait pris une décision pour interdire tout stage bénévole. Malheureusement, ces pratiques continuent de se faire. Normalement, c’est après ce concours que le lauréat est intégré. Ce dernier va alors passer un stage d’imprégnation d’une durée d’un an" précise Godefroy Kiko, inspecteur du travail.

Selon le gouvernement, il faut une meilleure organisation pour pouvoir intégrer ces stagiaires. C'est l'objectif de l’opération de contrôle physique des fonctionnaires. Laquelle doit aussi démasquer les travailleurs fantômes afin d’assainir le fichier de paie de l'Etat.

"La priorité sera accordée à tous ceux qui sont là"

"J’ai structuré une opération de recrutement et d’intégration dans la Fonction publique. La priorité sera accordée à tous ceux qui sont là depuis longtemps, avec un statut de stagiaire. C’est indécent. Si des tiers s’amusent à faire ce que nous déplorons en terme de fraude, ça ferme la porte à l’intégration des stagiaires et des jeunes diplômés qui ont aussi le droit d’exiger une place dans la République" martèle Marcel Djimassé, ministre de la Fonction publique.

Dans la Fonction publique centrafricaine, l’on compte des milliers de stagiaires qui, pour la plupart, ont une ancienneté d’au moins 10 ans. Ces derniers, le plus souvent, exercent dans des conditions difficiles. Ce qui, selon certains observateurs, les pousse à observer certaines pratiques contraires aux normes. Le ministère des Finances et du Budget est le département le plus visé.

 

Sur le même sujet :

Centrafrique : la santé et la sécurité au travail demeurent un défi à relever

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse