#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

©TotalEnergies RCA
Une vue de la station-service Total de Golf à la sortie Nord de Bangui

faux, le groupe Total n’est pas responsable de la pénurie de carburant que connaît la République centrafricaine

  • Le 23 juin 2022, dans une publication, le blog Tongolo ti Béafrica accuse le groupe Total en ces termes : « Quand TOTAL veut détourner le ravitaillement de Bangui vers Ouganda ».
  • Cette publication est relayée par des centaines de comptes sur les réseaux sociaux.
  • La SOCASP dément cette affirmation et précise que Total est le seul qui ravitaille l’essentiel du pays.
  • Le ministère de l’Energie ne se reconnaît pas non plus dans cette affirmation mettant en cause Total.
  • Donc, Total n’est pas responsable de la pénurie de carburant que connaît actuellement la République centrafricaine.

 

Dans un article publié le 23 juin 2022, le blog Tongolo ti Béafrica pointe directement du doigt le groupe pétrolier Total, d’une part, d’utiliser le carburant destiné à la Centrafrique et de le détourner vers l’Ouganda. D’autre part, ce blogueur affirme que Total est à l’origine de la pénurie de carburant que connaît la République centrafricaine.

« Les manœuvres de la société TOTAL de créer la pénurie de carburant sont désormais visibles (…) Malgré les démarches des autorités centrafricaines de pallier à cette difficulté », écrit-il.

 

                                                                     Captures d’écran des publications accusant le groupe Total

Cette publication est reprise dans plusieurs groupes WhatsApp, Facebook et sur des comptes Twitter. Sur Facebook, notamment, elle est relayée plus d’une centaine de fois, accentuant la rumeur d’implication du géant pétrolier français dans la pénurie de carburant qui frappe, depuis plusieurs semaines, la République centrafricaine.   

Cette rumeur est propagée dans un contexte de brouille diplomatique entre Paris et Bangui en raison d’intérêts politiques et géopolitiques. Pour vérifier ces accusations, la cellule #StopATènè s’est tournée vers plusieurs acteurs jouant un rôle central dans le domaine de l’achat, le stockage et la distribution d’essence sur le territoire centrafricain.

La SOCASP dément

Contactée par #StopATènè, Ernest Bata, le Directeur Général de la Société Centrafricaine de stockage des produits pétroliers (SOCASP), entité en charge de la régulation des stocks de réserves de carburant en Centrafrique, dément l’accusation du blog Tongolo ti Béafrica. Il indique même, au contraire, que c’est Total qui ravitaille en ce moment l’essentiel du pays.

« C’est une fausse information. Si l’on est reconnaissant, c’est pour l’instant Total qui est en train de ravitailler le pays avec son stock puisque les autres distributeurs n’arrivent pas à se fournir. La réalité, c’est qu’avec cette crise, les produits dans la sous-région se font rares et les marqueteurs n’arrivent pas à maintenir leur offre », explique-t-il.

Si Tradex et Green Oil ont considérablement réduit leur livraison, Total n’échappe pas à la crise mais comme le précise le Directeur de la SOCASP en conclusion, « le groupe bénéficie d’un stock de sécurité » qui lui permet aujourd’hui d’éviter le pire.

Une situation que confirme le Directeur Général de Timberland. Cette société forestière est un des gros clients des marqueteurs à Bangui. Augustin Agou ne se tourne aujourd’hui que vers Total et précise que les containers arrivent de la République Démocratique du Congo et non pas du Congo Brazzaville comme le prétend ce blog dans son article.

« Total reste le distributeur qui apporte une grande quantité de carburant en République Centrafricaine. C’est le seul marqueteur qui a une provision sécuritaire. J’achète chez eux. Le ravitaillement de la Centrafrique n’arrive pas du Congo Brazzaville mais de la République Démocratique du Congo », précise Augustin Agou.

Le gouvernement s’organise

Le ministère de l’Energie et de l’Hydraulique ne se reconnaît pas dans cette information mais soutient la position de la SOCASP qui affirme que le groupe pétrolier français Total est l’un des marqueteurs qui fournit davantage le pays en carburant.

D’après le ministère, le gouvernement travaille sur un plan de lutte contre la pénurie des hydrocarbures. Pour cela, l’ensemble des marqueteurs sera invité à une réunion avant la fin de semaine, selon le chargé de communication du département.

En conclusion, il y a bien une pénurie de carburant aujourd’hui en Centrafrique… mais Total n’est absolument pas responsable de cette crise.

#StopATènè, l’équipe qui lutte contre la désinformation et les discours de haine en Centrafrique.

Sources:

  • Echanges téléphoniques avec Ernest Bata, directeur général de la SOCASP
  • Interview d’Augustin Agou, directeur général de Timberland
  • Echange téléphonique avec le ministère de l’Energie et de l’Hydraulique
Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse