#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

ActualitésPolitique

©RNL/François Kossimé Palato
Une vue des manifestants contre le projet de modification de la Constitution, ce samedi 27 août 2022

Centrafrique : le BRDC a tenu son meeting dans le 8e arr. de Bangui malgré la pluie et un terrain inondé

Malgré la pluie qui s’est abondamment abattue sur Bangui et dans certaines régions de la République centrafricaine, le Bloc républicain pour la défense de la Constitution (BRDC) a tenu son meeting, ce samedi 27 août 2022. Plusieurs centaines de personnes se sont mobilisées sur le terrain de l’Ucatex dans le 8e arr. de Bangui. Le principal message des opposants est « la mobilisation contre une nouvelle constitution ».

Les inquiétudes et incertitudes des uns et des autres n’ont entamé en rien la détermination des leaders de l’opposition démocratique. Sur l’une des dizaines de banderoles brandies, on pouvait lire : « La Constitution du 30 mars 2016 n’est pas un obstacle au développement de la RCA ». C’est autour de cette idée que le BRDC a organisé ce meeting dit « de vérité ».

A tour de rôle, les leaders des partis politiques constituant ce bloc ont pris la parole pour dénoncer ce qui, selon eux, se cache derrière ce projet de changement de la Constitution du 30 mars 2016.

« Ils ne sont pas propriétaires du destin de ce pays »

"Nous avons observé une mise en scène qui consistait à faire défiler des personnes en province et de dire que c’est l’ensemble de la population centrafricaine qui demande le changement de la Constitution. Notre rôle, c’est de rappeler à ceux à qui le peuple a confié le pouvoir, qu’ils ne sont pas propriétaires du destin de notre pays" a indiqué Martin Ziguélé, porte-parole du BRDC.    

Les participants à ce meeting ont appelé les gouvernants à la préservation de la démocratie.

« Les crises ne mènent nulle part »

"La démocratie est une bonne chose pour un pays. Je demande au chef de l’Etat de remplir normalement ses fonctions. Qu’il respecte les lois du pays et qu’il veille sur les populations. Les crises ne mènent nulle part. Au contraire, elles constituent l’une des sources de malheur d’un pays" a appelé Prince, un des participants.

Ce meeting, qui a mobilisé près d’un millier de personnes, est la première activité du BRDC. Un mouvement politique qui milite pour le maintien de la Constitution du 30 mars 2016.

 

Lire aussi :

Centrafrique : grande mobilisation en faveur de la révision de la constitution dans plusieurs villes

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse