#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

ActualitésSanté

©Droits réservés
Dr Pierre Somse, ministre de la Santé et de la Population

Centrafrique : le ministre de la santé, Pierre Somse, plaide pour le maintien d’appui des partenaires au Complexe pédiatrique de Bangui

La prise en charge des enfants de 0 à 15 ans au Complexe pédiatrique de Bangui risque de souffrir. Le projet d’appui à ce centre hospitalier vient de s’achever. L’après projet constitue une urgence pour ministère de la Santé. Le département a convié ce lundi 04 juillet 2022 à Bangui les partenaires techniques et financiers du secteur pour capitaliser le travail abattu, de 2015 à 2021, afin de mobiliser des fonds pour les cinq (5) années à venir.

Tenue dans la capitale centrafricaine, la rencontre a mobilisé plusieurs partenaires du ministère de la Santé. L’objectif étant de passer en revue ce qui a été réalisé de 2015 à 2021 et de mobiliser à nouveau des investisseurs pour un délai de 5 ans, allant de 2023 à 2027. Ceci, pour rendre autonome le Complexe pédiatrique de Bangui.

Le taux de mortalité infantile dégringole de 15 à 4% entre 2015 et 2021

Selon les statistiques, la mortalité infantile a considérablement baissé ces 5 dernières années grâce à l’appui des partenaires dans le cadre du projet d’appui au complexe pédiatrique de Bangui. Une satisfaction pour le gouvernement qui, toutefois, s’inquiète du retrait de certains bailleurs à la fin du projet.

"Nous avons assisté à une réduction drastique du taux de mortalité hospitalière. Celui-ci est passé de 15 à 4% malgré notre contexte de crise. Mais aujourd’hui, on est confrontés au fait que certains partenaires retirent leurs financements avant que le Complexe pédiatrique ne soit porté à un niveau d’autonomie. Ainsi, l’exercice d’aujourd’hui vise à empêcher cela" a fait savoir Dr Pierre Somse, ministre de la Santé et de la population.

"Les enfants d’ici ne sont pas des sous-enfants"

Lors de la visite du Pape François à Bangui en 2015, les responsables de l’Eglise catholique lui ont fait visiter le Complexe pédiatrique. En marge de cette visite, un partenariat a été noué entre l’Hôpital de Vatican et le Complexe pédiatrique. Ainsi pour les parties, il est important de donner la chance aux enfants du Centrafrique.

"Quand un enfant est malade, on a besoin de l’entourer. Or un hôpital où vous n’avez pas un personnel préparé et indiqué pour accueillir, cela peut créer encore d’autres maladies. Les enfants d’ici ne sont pas des sous-enfants. Ils sont comme ceux d’Europe, d’Asie voire des Amériques. C’est le message que le Saint-Père a voulu passer" a fait savoir Cardinal Dieudonné Nzapalaïnga, archevêque métropolitain de Bangui.

À la fin de ce premier projet d’appui des partenaires au Complexe pédiatrique, une partie du personnel risque d’être en chômage technique. Cependant, l’Italie affirme qu’elle continuera à appuyer le complexe pédiatrique de Bangui.

"Un bien commun qui dépasse toute autre considération"

"Cet hôpital a besoin d’une stabilité financière à partir de janvier 2023. L’Italie va continuer à financer le Complexe pédiatrique. Cependant, il faut un engagement majeur des pays amis de la RCA. La cause des enfants, c’est un bien commun qui dépasse toute autre considération" a affirmé Dr Filippo Scammacca Del Murgo, ambassadeur d’Italie en République centrafricaine.

Crée en 1988, le Complexe pédiatrique de Bangui offre de soins gratuits et de qualité aux enfants de 0 à 15 ans. En 2021, près de 13.500 enfants y ont été soignés.

 

Lire aussi :

L'UE octroie plus de 23 milliards F CFA pour la prise en charge des enfants au Complexe Pédiatrique de Bangui

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse