#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

ActualitésSécurité

©Droits réservés
Un soldat français de l'opération Sangaris dans les rues de Bangui en 2014

Centrafrique : quatre militaires français de la Minusca arrêtés à Bangui

Quatre soldats français de la Minusca ont été arrêtés ce 21 février 2022 à l'aéroport international Bangui-Mpoko avec des armes dans leur véhicule. Pendant que des informations fusent de partout sur les réseaux sociaux, soupçonnant ces officiers d'atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat, la Minusca et l'ambassade de France réfutent ces accusations. Par ailleurs, le parquet n'a pas encore officiellement communiqué sur cette arrestation.

Cet incident a lieu quelques minutes avant que l’avion, transportant le chef de l’Etat centrafricain, ne foule le sol. Faustin-Archange Touadéra qui rentrait de Bruxelles en Belgique après avoir pris part, du 17 au 18 février 2022, au sommet Union Européenne-Union Africaine. En effet, les quatre militaires français ont été arrêtés dans une voiture Toyota 4x4 VX banalisée de couleur noire, immatriculée en République centrafricaine. Ces derniers avaient à bord, des fusils d’assaut, des pistolets automatiques et autres effets militaires.

Une guerre de communications

Si les autorités centrafricaines les soupçonnent de vouloir attenter à la vie du président centrafricain, car se trouvant dans son périmètre de sécurité, l’ambassade de France à Bangui parle « d’instrumentalisation et de désinformation grossière ». Selon la représentation française, ces militaires escortaient le chef d’Etat-major de la Minusca qui s’envolait pour la France. Concernant les armes, l’ambassade précise qu’il s’agit de leurs équipements professionnels. De son côté, la Minusca parle d’une tentative de manipulation de l’opinion publique.

« Trouver une issue dans les meilleurs délais »

"La Minusca regrette cet incident et condamne vivement son instrumentalisation sur les réseaux sociaux. Elle rejette catégoriquement les accusations d’atteinte à la sûreté de l’Etat. Dans le cadre du dialogue permanent, nous sommes en contact avec les plus hautes autorités centrafricaines pour trouver une issue dans les meilleurs délais" a réfuté Vladimir Monteiro, porte-parole de la Minusca.

Pour le moment, les quatre militaires sont placés en détention préventive à la Section des recherches et d’investigations (SRI). Des tractations diplomatiques sont en cours. Contactée par Radio Ndeke Luka, aucune autorité politique ou judiciaire centrafricaine n’a souhaité réagir à cet incident. Chaque camp parle d’un dossier sensible sur lequel prudence oblige. 

Ce nouvel incident mêlant des éléments des Forces de défense et de sécurité avec la Minusca intervient près de 4 mois après celui qui s’était produit non loin de la résidence du chef de l’Etat. Incident au cours duquel, une fillette de 16 ans avait trouvé la mort et où une dizaine de casques bleus égyptiens avaient été blessés après avoir essuyé des tirs.

 

Lire aussi :

Centrafrique: arrestation d’un ressortissant français avec des armes et munitions de guerre

Centrafrique : le gouvernement pointe l’irresponsabilité de la Minusca ayant conduit à l’incident autour de la résidence du chef de l’Etat

 

 

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse