#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

ActualitésSécurité

©Etat-Major des Armées
Un soldat des Forces armées centrafricaines en faction

Centrafrique : fuyant les combats à Ouadda, une quarantaine d’éléments des FDS arrivent à Ndélé

La situation sécuritaire demeure préoccupante dans la sous-préfecture de Ouadda après l’attaque de la ville par des rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC). Même si aucun bilan de cet affrontement n’est encore connu, l’on sait néanmoins que plus d’une quarantaine d’éléments des forces de défense et de sécurité fuyant les combats sont arrivés vendredi et samedi dernier à Ndele chef-lieu de la préfecture de Bamingui-Bangoran.

Près d’une semaine après l’assaut des rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), il est encore difficile de dire avec exactitude ce qu’il se passe en ce moment à Ouadda dans la Haute-Kotto. Mercredi 11 mai, ces hommes armés ont attaqué une position des Forces armées centrafricaines dans cette localité de l’Est. Depuis lors, aucun bilan n’a été rendu public, ni par le gouvernement, ni par les organisations humanitaires. Le réseau téléphonique de la ville n’étant toujours pas opérationnel. 

Cependant aux dernières nouvelles, plus d’une quarantaine d’éléments des forces de défense et de sécurité, dont 32 militaires et 11 gendarmes, sont arrivés le vendredi 13 et le samedi 14 mai à Ndélé dans le Bamingui-Bangoran. Ces derniers se sont repliés du front après cette attaque des rebelles contre leur position à Ouadda. Une information confirmée par des autorités locales de Ndélé contactées par Radio Ndeke Luka.

"Ils sont arrivés hier et aujourd’hui et nous les avons accueillis. Nous avons mobilisé des fonds pour les secourir en attendant la décision de l’Etat-major des Armées" a indiqué une autorité locale.

Repli tactique ou abandon de position ?

La question que l’on se pose, c’est celle de savoir s’il s’agit d’un repli tactique ou d’un départ définitif de la localité. En tout cas, ce repli des soldats centrafricains à Ndélé fait suite à l’infiltration mercredi dernier des rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement à Ouadda, où ils ont incendié une maison et dépouillé des habitants de leurs biens.

Toutefois à Bokolobo dans la Ouaka, les habitants vaquent librement à leurs occupations grâce à la présence renforcée des éléments des Forces armées centrafricaines dans la ville. Et ce, suite à l’attaque lundi dernier des éléments de l’UPC contre une position de l’armée nationale. Accalmie aussi dans les villes de Zacko et Bakouma, qui ont été le théâtre de violences armées ces dernières semaines. 

 

Sur le même sujet :

Centrafrique : la localité de Ouadda attaquée par des rebelles de la CPC

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse