#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

ActualitésSécurité

©OIM-Bria
Des ex combattants de Bria recevant des kits de réinsertion, mai 2022

Centrafrique/Bria : 200 ex combattants dotés de kits après leur réinsertion socioprofessionnelle

Après cinq mois d'apprentissage de métiers manuels, dans le cadre du Projet de réintégration des ex-combattants (Prec), plus de 200 ex-combattants de la Haute-Kotto ont bouclé, ce jeudi 12 mai 2022, leur formation à Bria. Lors d’une cérémonie officielle organisée à cet effet, chaque ex-combattant a reçu un certificat et un kit de réinsertion sociale.

La cérémonie de remise de ces matériels s’est déroulée au siège de la préfecture à Bria, dans une ambiance festive. Parmi ces outils, on peut noter des machines à coudre, des pagnes, des groupes électrogènes, des bidons d’huile de palme ainsi que d’autres articles. Ces matériels ont été distribués en fonction des métiers choisis par ces ex-combattants. Les autorités locales appellent les bénéficiaires à respecter leurs engagements, tout en leur demandant de gérer ces biens en toute responsabilité.

"C’est un chemin qu’on vous trace"

"Ce que vous avez aujourd’hui, va vous permettre de vivre et de nourrir vos familles. Faites de sorte que d’ici demain, vous puissiez devenir des patrons. Il faut être ambitieux. Ne pensez pas que vous allez rester à ce stade, c’est un chemin qu’on vous trace. Le reste, c’est à vous de réaliser" a fait savoir Thierry Evariste Binguinendji, préfet de la Haute-Kotto.

Pour les bénéficiaires, cet appui va, non seulement leur permettre de se réinsérer au sein de la société, mais également de reconstruire leur vie.

"Je remercie le gouvernement, la Banque mondiale, l’Organisation internationale des migrations et tous les partenaires. Je sais que cette formation va nous aider jusqu’à demain. Car désormais, je suis autonome et responsable. Ces kits vont me permettre d’avoir à manger et de répondre à mes besoins" a loué Ngouvela Abdoulaye, un ex-combattant.

" Les faire sortir pour qu’ils aient les mêmes opportunité"

En plus de cette satisfaction, certains ont appelé le gouvernement à profiter de l’opportunité pour réinsérer davantage d’ex-combattants.

"Ici à Bria, je vois que les hommes s’intéressent plus à la couture contrairement aux femmes. Mais moi, je l’ai choisie particulièrement pour m’aider à subvenir à mes besoins. Je profite de l’occasion pour demander au gouvernement de faire sortir nos frères qui continuent de faire du mal à la population, pour qu’ils aient les mêmes opportunités que nous" a souhaité Moustapha Fatimé, une ex-combattante.

Ce projet de réintégration des ex-combattants financé par la Banque mondiale, est exécuté par l'Unité d'exécution du programme national du DDRR en partenariat avec OIM, une agence des Nations-Unies.

 

Lire aussi :

Bangui: lancement avorté de la 2e phase du projet de réinsertion d’ex combattants de la Séléka rénové

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse