#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

ActualitésSécurité

©Droits réservés
Une famille de déplacés dans la région de Birao au Nord-est de la République centrafricaine

Centrafrique : conditions de vie alarmantes pour les habitants de Ouadda

Depuis l’occupation, en mai 2022, de la ville de Ouadda dans la préfecture de la Haute-Kotto par des hommes armés, les conditions de vie des habitants deviennent de plus en plus difficiles. Totalement absentes de la ville, les autorités locales appellent Bangui à soulager les peines de la population locale.

Selon le maire de Ouadda, Michel Pouillaude Mapouka, interviewé par Radio Ndeke Luka, la présence des éléments de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) dans la localité empêche le bon déroulement des activités. La population, selon l’autorité locale, est privée des services sociaux de base, tels que la santé et l’éducation. Face à cette précarité aggravée par un manque d’aide humanitaire, le maire appelle Bangui à l’aide.

 "Si rien n’est fait, il n’y aura pas d’activités"

"C’est seulement une infime partie des habitants qui est restée dans la localité. Il n’y a pas une autre force légale, à part ces rebelles. Ces derniers font des exactions comme ils le veulent. Ceux qui se sont réfugiés en brousse souffrent de plusieurs maladies par manque de soin. Je demande au gouvernement de déployer nos forces dans la ville afin de chasser ces assaillants. Si rien n’est fait, il n’y aura pas d’activités" a lancé Michel Pouillaude Mapouka.

La Minusca évoque des difficultés liées à l’état des routes

Interrogée sur la situation de Ouadda, la Mission des Nations-Unies pour la paix en République centrafricaine (Minusca) explique qu’elle ne dispose pas d’une base permanente dans la ville en raison de l’état des routes dont la dégradation est très avancée. Cette situation, selon la Minusca, ne facilite pas le déploiement des troupes. 

"Il y a une opération de domination de zone dans le secteur Est depuis 2 mois.  Le mauvais état des routes a fait en sorte que la mission a mis presque 2 semaines pour atteindre Ouanda-Djallé. Il est vrai que nous n’avons pas une permanence à Ouadda. Cependant, nous menons régulièrement des patrouilles dans la ville. En dehors de patrouilles, nous faisons la surveillance aérienne avec des aéronefs" a affirmé le lieutenant-colonel Abdoul Aziz Ouédraogo, porte-parole de la force de la Minusca.

La localité de Ouadda est occupée depuis le 11 mai 2022 par des rebelles de l’ex Séléka, membres de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC). En juin dernier, le préfet de la Haute-Kotto avait sollicité l’appui de la cheffe de la Minusca afin de mettre en place une base permanente des casques-bleus à Ouadda et à Sam-Ouandja, deux villes par lesquelles transitent, armes et munitions depuis le Soudan et le Tchad.

 

Sur le même sujet :

Centrafrique : la localité de Ouadda attaquée par des rebelles de la CPC

 

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse