#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

ActualitésSécurité

©United Nations
Un casque bleu de la Minusca patrouillant dans un quartier populaire de Bangui

Centrafrique : ouf de soulagement à Sam-Ouandja après le retrait des rebelles de la CPC sous pression de la Minusca

Après plusieurs mois d’occupation par les rebelles de l’UPC, membres de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), la ville de Sam-Ouandja dans la préfecture de la Haute-Kotto est désormais libre. Les habitants qui, jadis, vivaient sous le joug de ces hommes en armes et ne pouvaient vaquer librement à leurs occupations quotidiennes, s’en réjouissent.

Suite à l’ultimatum de 48 heures lancé le 18 août dernier par la Minusca, la ville de Sam-Ouandja est désormais libre et contrôlée par les soldats de la paix. Ces derniers avaient sommé les rebelles de la CPC de déguerpir de cette localité. Chose faite 24 heures après. Ainsi, le départ de ces hommes armés, à en croire les autorités locales, est un ouf de soulagement pour la population.

En marge d’une visite, effectuée avec le chef du bureau secteur-Est de la Minusca, le préfet de la Haute-Kotto, Thierry Evariste Binguinendji, a tenu à rassurer la population.

"Nous avons constaté la satisfaction de la population"

"Avec la présence de la Minusca, nous avons constaté que la population est très contente. Dès notre arrivée, une centaine de jeunes se sont mobilisés pour déblayer la voie qui quitte l’aérodrome pour le centre-ville. Ainsi, au cours d’une réunion que nous avions tenue sur place, la population s’est même questionnée s’il s’agit d’un rêve. Nous leur avons fait savoir que cette force va y rester" a fait savoir Thierry Evariste Binguinendji.

Face à la volatilité de la situation, les autorités locales, avec l’appui de la Minusca, comptent y déployer les forces nationales.

"Je suis en train de voir avec le Haut-commandement militaire pour qu’on y déploie très rapidement les forces de défense et de sécurité. Dans cette zone, les activités sont pour la plupart minières et champêtres. Mais avec la présence de ces hommes armés, tous les commerçants ont fui. Les habitants ne pouvant plus exercer, sont aujourd’hui confrontés à la précarité" a renchéri le préfet de la Haute-Kotto.

La localité de Sam-Ouandja a été investie le 15 mai 2022 par les éléments de l’UPC, membre de la CPC. Au lendemain de cette occupation, plusieurs habitants avaient été victimes d’exactions de ces rebelles. En juin dernier, la nouvelle représentante spéciale du Secrétaire général des Nations-Unies, Valentine Rugwabiza, avait promis aux autorités préfectorales de la Haute-Kotto une réponse favorable à leur demande d’envoi d’une troupe de la Minusca à Sam-Ouandja. Une localité de l’Est de la de la République centrafricaine frontalière avec le Soudan et principal point de ravitaillement des groupes armés en armements.

 

Sur le même sujet :

Centrafrique/Haute-Kotto : après Ouadda, la présence d’hommes armés signalée à Sam-Ouandjia

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse