#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

ActualitésSociété

©MSF Luxembourg
Un agent de Médecins Sans Frontières exerçant dans le Nord de la République centrafricaine

Centrafrique : les habitants de Kabo appellent à l’aide après la fermeture des services de MSF

Un mois après la fermeture des services de Médecins Sans Frontières à Kabo dans l’Ouham, l’impact sur la santé de la population locale est déjà perceptible. Selon les autorités de Kabo, au moins 9 femmes enceintes ont trouvé la mort du fait des difficultés liées aux évacuations sanitaires. En plus de cette crise sanitaire, la région est plongée dans une situation sociale précaire. Dépassées, les autorités locales appellent à l’aide.

Le 29 janvier 2022, les services de l’ONG Médecins sans frontières (MSF) ont fermé leurs portes à Kabo, dans le Nord de la République centrafricaine. En cause, selon les responsables, les difficultés d’approvisionnement en produits pharmaceutiques enregistrées, suite à la fermeture de l’aérodrome de la ville. Selon les autorités locales, le bilan de quelques jours d’inactivité est préoccupant.

Toute une population en détresse

"Après cette suspension d’activités, les conséquences ont été automatiques. Après leur départ il y a une semaine, nous avons perdu 9 femmes enceintes pendant leur transfert à Batangafo. Aujourd’hui, la population est en détresse car elle n’a pas les moyens pour se soigner. C’est cet hôpital qui nous soutient depuis toujours" affirme Chantal Merveille Tohoman, député de Kabo.

Si la population est gravement affectée par cette suspension temporaire des activités de MSF, les jeunes de la ville, eux, déplorent leur grand retour au chômage. Une préoccupation pour les autorités locales qui appellent à l’aide.

Rouvrir l’aérodrome de la ville pour pallier la situation ?

"Aujourd’hui, le chômage a beaucoup flambé. Plus d’une centaine de jeunes, recrutés à Kabo, sont affectés par cette situation. J’implore le gouvernement à lever la décision de la fermeture de l’aérodrome, puisque la ville est désormais sécurisée par l’armée nationale et les services de l’Etat fonctionnent normalement" prie Abdel Hakis Mahamat, maire de Kabo.

Même si Médecins Sans Frontières n’a pas encore officiellement réagi sur cette situation, selon nos informations la fermeture de l’aérodrome de la ville ainsi que les multiples cas de braquages dont sont victimes le personnel de l’ONG sur l’axe Kabo-Batangafo sont à l’origine de cette fermeture. L’ONG MSF dispose d’un centre hospitalier de référence à Kabo. Celui-ci prenait en charge toute la population environnante. Le gouvernement n’a pas encore réagi sur cette situation humanitaire.   

 

Lire aussi :

Centrafrique: MSF suspend ses activités dans certaines régions en raison de violences

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse