#StopATènè : le vrai ou faux de Radio Ndeke Luka

ActualitésSociété

©Marly Pala
Photo de famille des participants à la conférence-débat sur la journée du 02 novembre, 2022

Centrafrique : les organisations des professionnels des médias, inquiètes des menaces et intimidations contre les journalistes

A l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre des journalistes, les organisations des professionnels des médias se disent inquiètes de l’environnement dans lequel évoluent les médias. Au cours d’une conférence-débat organisée par le Réseau des médias communautaires de Centrafrique (RMCC) ce 02 novembre à Bangui, les journalistes ont déploré les conditions dans lesquelles ils travaillent en République centrafricaine.

Le débat s’est focalisé sur les crimes commis contre des journalistes en République centrafricaine, et qui sont restés jusque-là impunis. Afin d’éviter que les professionnels des médias soient pris pour cibles, le Haut Conseil de la Communication (HCC) les appelle au respect du code d’éthique et de la déontologie du métier.

"Les journalistes sont assassinés parce qu’ils ont diffusé une information. Le cas qui fait jurisprudence, est celui d’Elisabeth Olofio de la radio Siriri de Bambari. Il nous appartient de respecter scrupuleusement les règles d’éthique et de déontologie. Cela nous permettra d’éviter les problèmes avec les ennemis de la presse" a conseillé José Richard Pouambi, président du HCC.

Acteur dans la lutte contre l’impunité 

Pour les journalistes, les professionnels des médias doivent être au centre du dispositif de lutte contre l’impunité.

"Nous sommes dans un contexte difficile qui expose non seulement les journalistes, mais tous les Centrafricains à un certain nombre de menaces. Le journaliste doit être au centre du dispositif que nous devons mettre en place pour lutter contre l’impunité à travers le travail qu’il fait" a fait savoir Sylvestre Sokambi, journaliste.

En République centrafricaine, la liberté d’expression reste un défi à relever. Cependant, les Organisations syndicales des journalistes, éprouvent des difficultés à s’assumer dans leur rôle de défense et de protection des droits des journalistes.

La journée internationale  pour la fin de l’impunité des crimes commis contre des journalistes a été adoptée par les Nations-Unies en mémoire de Ghislain Dupont et Claude Verlon, deux confrères de RFI assassinés le 02 novembre 2013 à Kidal au Mali.

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse