ActualitésÉducation

Composition de l’entrée en 6ème, un semblant de réussite.

 

Les épreuves écrites du concours d’entré en 6e au titre de l’année académique 2012-2013 se sont déroulés ce mercredi dans les centres retenus de la capitale Centrafricaine et également dans certaines villes de provinces de la République centrafricaine.

A Bangui, Radio Ndeke Luka s’est rendue dans trois centres d’examen notamment au Lycée Barthélémy Boganda, à l’école Bégoua et au Lycée des Martyrs. Toutes les mesures pédagogiques ont été prises pour assurer le bon déroulement de cet examen. Les listes des candidats sont affichées, les salles identifiées et les tables bancs numérotés. Au Lycée Barthélémy Boganda à titre d’illustration, quatre mille (4000) candidats venus de vingt quatre (24) établissements scolaires ont composé. Les responsables n’ont signalé aucun dérapage.

Par contre, au centre de Bégoua dans la commune de Bimbo, deux mille trois cent (2300) candidats se sont inscrits à ce concours pour un total de dix (10) établissements primaires réunis. Seulement, Aristide Ndolngar, président dudit centre d’examen exprime sa déception par rapport à l’absence de quatre cent (400) candidats.

« Présentement, il y’a pas d’incident, mais on déplore quelques cas d’absences qui s’élèvent à 400 sur 2300 candidats. Cela peut être du à la crise que le pays à connu, puisque certains de nos élèves se sont rendus chez les parents en provinces, sinon les épreuves se sont bien déroulées ».

Au Lycée des Martyrs où se sont retrouvés les candidats de vingt quatre (24) établissements, plus de deux mille (2000) candidats ont été examinés. Jean Noël Danboy-Konamna, le président de ce centre d’examen se dit satisfait du déroulement des épreuves.

« C’est une réussite parce que, vu l’effectif global que le lycée des Martyrs accueille, effectif qui s’élève à 2797 candidats, le nombre d’absents se chiffre à 24 seulement. Je vois que c’est une réussite ».  

Monsieur Danboy-Konamna justifie l’absence de ces candidats par la,pluie qui est tombée sur Bangui aux premières heures de ce jour.

« Vous savez depuis ce matin le ciel était nuageux, il y avait eu des averses. Je pense que c’est par rapport à cela que les 24 candidats ne se sont pas présentés. Mais au constat de l’effectif total, c’est un cas à minimiser. On ne pensait pas avoir cet effectif, c’est vraiment une réussite ». 

Les candidats de la Lobaye ont également composé ces épreuves ce mercredi.

Mais à Obo dans la préfecture du Haut Mbomou à l’Est de la République centrafricaine, les épreuves écrites initialement prévues pour le 29 juillet 2013, ne sont pas encore arrivées dans cette zone d’observation pédagogique. Le 29 juillet dernier, le principal du collège d’enseignement secondaire de Obo, Siméon BOLIMBAKPE, en sa qualité du président du centre de Obo, a libéré les candidats venus composer les épreuves. Il leur a demandé de revenir tous les matins pour vérifier l’arrivée des épreuves.

Mais déjà, certains élèves se disent découragés et démotivés par cette attente surtout qu’ils n’ont pas connu de perturbations durant l’année académique qui s’achève. Belvia ANIBIRINGOU, l’une des élèves de la classe de CM2, se dit découragée de ce retard et n’entend même plus concourir. Chaque année, c’est même son de cloche dans le transfert des épreuves écrites en direction du Haut Mbomou.

Depuis le 10 décembre 2012, le pays a été perturbé par la crise militaro-politique ébranlant ainsi le programme pédagogique dans la majorité des Inspections Académiques.

 

 

 

Radio ndeke luka est soutenue par
Union européenne
Confédération Suisse
Affaires Étrangères